Nabilla, en 2013, avec le livre humoristique inspiré de sa phrase culte «Non mais allô !».
Nabilla, en 2013, avec le livre humoristique inspiré de sa phrase culte «Non mais allô !». - PHILIPPELEROUX.COM/SIPA

Jusque-là, Nabilla n'avait pas vraiment été inquiétée pour s'être rendue à l'étranger avec son petit ami Thomas Vergara qu'elle est soupçonnée d'avoir poignardé, enfreignant ainsi deux interdictions de son contrôle judiciaire. La star de la téléréalité va cependant être entendue par la police, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

>> A lire aussi: Nabilla risque-t-elle de retourner en prison ?

Un commissariat parisien est saisi de cette enquête ouverte la semaine dernière par le parquet de Nanterre, pour «non-respect des obligations du contrôle judiciaire», a précisé le parquet, confirmant une information du site 20 Minutes.ch.

Sur les réseaux sociaux au bras de son compagnon

Mise en examen en novembre 2014 pour avoir poignardé à deux reprises son compagnon à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et dans les Bouches-du-Rhône, la jeune femme de 23 ans est soumise à un contrôle judiciaire qui lui interdit de quitter le territoire français et d'entrer en contact avec Thomas Vergara.

>> A lire aussi: Nabilla situe la Suisse en France et se fait moquer par les internautes

Or, ces derniers mois, la starlette semble avoir pris quelques libertés avec ses obligations en s'affichant sur les réseaux sociaux au bras de son compagnon et lors de voyages hors de la métropole, notamment en Suisse.

«Elle encourt théoriquement un retour en prison»

La justice a notamment été alertée par des clichés postés sur les réseaux sociaux montrant Nabilla et Thomas lors d'une séance de dédicaces à Lausanne, en décembre, en dehors de toute autorisation de la justice. «Elle encourt théoriquement une révocation de son contrôle judiciaire, et un retour en prison» jusqu'à la tenue de son procès prévu dans les mois à venir, a indiqué une source judiciaire.

Lundi, l'avocat de Nabilla s'est ainsi rendu devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour demander une modification temporaire du contrôle judiciaire de sa cliente, qui souhaitait se rendre en février aux Etats-Unis pour le tournage de la saison 8 de l'émission Les Anges de la téléréalité. Si le parquet ne s'y est pas opposé, le tribunal lui a toutefois opposé une fin de non-recevoir.

Mots-clés :