Adeline Blondieau au festival de télévision de Monte-Carlo en juin 2012.
Adeline Blondieau au festival de télévision de Monte-Carlo en juin 2012. - VALERY HACHE / AFP

A.G.

L’autobiographie de Johnny Hallyday, dans laquelle il n’hésite pas à flinguer le show business, ne cesse de faire des vagues. Son ex-femme Adeline Blondieau, actrice de la série «Sous le soleil», n’a pas échappé aux attaques lancées envers plusieurs proches et stars de la chanson dans son livre confession «Dans mes yeux». «Adeline était hystérique, à la moindre contrariété, elle balançait les chaises par la fenêtre, écrit Johnny Hallyday. Elle me cocufiait tout le temps. (...) Je nous ai acheté un appartement, mais quand nous nous sommes séparés et que j'ai voulu le revendre, elle m'a menacé: "Si tu m'offres pas l'appartement, je vais vendre ma robe de mariée aux enchères et dire à tout le monde que Johnny me laisse crever de faim." Ça m'a fait peur.»

«Hors de question qu'on puisse porter atteinte à mon image»

Très en colère, la comédienne a annoncé à Nice Matin qu’elle allait saisir la justice: «Je répondrai par la voie légale, via mon avocat. C'est-à-dire que je vais l'attaquer (Johnny, NDLR) en diffamation, tout simplement. Je suis mère de famille et il est hors de question qu'on puisse porter atteinte à mon image et à ma réputation.» D’après le quotidien, Adeline Blondieau a acheté deux exemplaires du livre de son ex-mari ce jeudi, «un pour mon avocat et un pour moi». Elle dit ne pas comprendre pourquoi le rockeur tient de tels propos alors qu’elle «est en pleine période de promo» avec l'équipe de la série «Sous le soleil de Saint-Tropez».

Après la publication des bonnes feuilles du livre confession de Johnny Hallyday, Vincence Stark, la fille de son ancien impresario également attaqué par le chanteur, s’est elle aussi insurgée. Dans son autobiographie, Johnny Hallyday décrit Johnny Stark comme un «escroc malin» et écrit: «Pendant quatre ans, il ne m'a donné que la moitié de ce que je gagnais (...). Johnny Stark est le premier grand traître de mon entourage.» «Je trouve bien facile de salir la réputation de Johnny Stark, mort depuis 24 ans, qui par la force des choses ne peut se défendre. Il est aisé de refaire l’histoire!» a déclaré à l’AFP Vincence Stark, qui a elle-même été l’attachée de presse de Johnny Hallyday pendant plusieurs années.