Comment piquer une tête sans trop se la prendre

Il est des situations qui génèrent chez les Parisiens un irrépressible désir de baignade en plein air...

©2006 20 minutes

— 

 

  — no credit

Canicule, match d'anthologie de l'équipe de France, élection présidentielle ou simple défi : il est des situations qui génèrent chez les Parisiens un irrépressible désir de baignade en plein air. La piscine sur Seine étant toujours fermée pour cause de « malfaçon », que faire ? Il y a d'abord les jets d'eau. Ceux du parc André-Citroën et du Trocadéro sont pris d'assaut lors des grandes chaleurs. « Mais cela est interdit », rappelle-t-on au cabinet de Myriam Constantin, chargée de l'Eau et de l'Assainissement à la Mairie de Paris. Idem pour les fontaines d'ornement, type Saint-Michel ou Daumesnil. « Les fontaines de ce type ne sont pas potables. Il y a des produits chimiques contre les algues et la mousse », dit la Mairie.

Alors ? Alors on brave. Comme Benjamin, qui s'est jeté avec un pote dans le canal Saint-Martin pour son enterrement de vie de garçon : « Elle était fraîche comme la Manche en mai. Je craignais des tas de ferraille ou des détritus. En fait, rien. Mais, on a bien fait de se baigner de nuit. De jour, on voit les eaux stagnantes et ça donne pas envie. » En réalité, les canaux ne sont pas si sales. La Mairie a fait analyser le canal Saint-Denis et le canal de l'Ourcq. Surprise : « L'eau est en classe 1, soit la meilleure qualité biologique. Bien sûr, il y a des normes à respecter, comme l'eau transparente. Mais on peut espérer mettre en place un système de filtre pour la prochaine mandature », dit la Ville. D'autres voient carrément plus grand. Tel David, qui a visé la Seine. « Un matin, vers 5 h, en revenant de boîte. Il n'y avait pas une voiture. C'était beau. C'était pas Paris. J'ai plongé du pont devant Notre-Dame. Et franchement, ce n'est pas la saleté qu'on craignait. Mais plutôt les flics. » Courageux, mais pas téméraires.

Michaël Hajdenberg

Une baignade dans la Seine peut se solder par une amende de 38 e. Sauf en cas d'autorisation spéciale délivrée exceptionnellement pour des courses à la nage ou l'aviron, souvent organisée pour des oeuvres caritatives.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.