La base nautique à Vaires-sur-Marne devrait être achevée en 2015.
La base nautique à Vaires-sur-Marne devrait être achevée en 2015. - Dr

Oihana Gabriel

La déception est toujours présente sept ans après, mais la volonté d'en tirer les leçons aussi. Le 6 juillet 2005, le Comité international olympique choisissait Londres pour les JO d'été de 2012, au détriment de Paris. A quelques semaines du lancement des Jeux, la région a voulu rappeler mardi que les équipements décidés à l'époque où la candidature de Paris était d'actualité sont en cours de construction.

Une candidature pour 2024
Avec l'espoir assumé de voir une candidature pour les JO de 2024, pile cent ans après les Jeux de 1924 à Paris. « Nous mettons en place les équipements nécessaires dans l'éventualité d'une candidature aux Jeux olympiques », assure Jean-Paul Huchon, président socialiste de la région. Avant d'insister. « Les retombées économiques pourraient atteindre 34 milliards d'euros et engendrer 40 000 emplois. » Trois grands chantiers devraient améliorer l'image de l'agglomération. Le plus délicat reste la piscine olympique d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) qui, si les collectivités locales adhèrent au projet, pourrait englober cinq bassins, dont un olympique, d'ici à 2016. Le vélodrome couvert de Saint-Quentin-en-Yvelines semble, lui, plus avancé, puisque le chantier devrait être bouclé pour la fin 2013. Enfin, la base nautique de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) recevra les compétitions locales d'aviron et de canoë-kayak d'ici à la fin 2015. La région argue que l'agglomération serait encore mieux reliée grâce au Grand Paris Express et aux tramways en construction, mais c'est l'Etat qui doit décider avant 2017 de déposer son dossier. Parallèlement à ces gros équipements, aussi ouverts aux grand public, la région poursuit la rénovation des piscines souvent défraîchies et la construction de pistes pour le BMX.