Sophie a testé ses dons culinaires dans la cuisine du restaurant Un jour un chef.
Sophie a testé ses dons culinaires dans la cuisine du restaurant Un jour un chef. - A. GELEBART/20 MINUTES

Ozal Emier

Toque sur la tête, long tablier blanc et geste assuré, Sophie est aujourd'hui aux commandes des cuisines du restaurant Un jour un chef. « Je ne suis pas du tout stressée », lance-t-elle en coupant ses poivrons pour l'entrée.

Une journée très encadrée pour ces chefs improvisés
C'est pourtant une grande première pour cette contrôleuse de gestion : elle va passer une journée dans la peau d'un chef, concept proposé par ce restaurant à Bastille (12e) ouvert en 2011. « On aide les gens à réaliser leurs rêves, explique Eric, l'un des fondateurs. Un Australien a même fait le déplacement exprès ! » Chaque jour, les chefs en herbe se succèdent aux fourneaux, avec un seul prérequis : aimer cuisiner.
Après validation du menu de Sophie – à base de gingembre et de coriandre –, le restaurant s'est chargé gratuitement des courses. L'important est de rester dans les clous avec un menu à 30 €.
Après deux heures en cuisine, Sophie est un brin fébrile : « Cuisiner pour 60 personnes, c'est un vrai défi », glisse-t-elle, s'accordant une pause cigarette. Mais pour limiter les dégâts, elle est entourée de deux cuisiniers, Denis et Pauline : « Ce soir, elle lancera les plats, mais dînera avec ses amis. Ça doit rester du plaisir », explique Pauline, qui a préparé le terrain en cuisant les poivrons et en élaborant le soufflé glacé la veille.
Mais la mécanique bien huilée se grippe vers 11 h 30 : le curry vert est introuvable et Sophie doit partir en chercher. Dans la salle, Jean-Jacques est le premier client à s'installer, intrigué par le menu de la chef improvisée.
« C'était parfait, de quoi étonner les papilles », estime-t-il après le repas. Sophie s'aventure alors hors des cuisines pour recueillir les impressions, plutôt positives : « C'est exactement ce que j'imaginais », déclare-t-elle ravie. Elle pourra souffler vers 15 h… avant de remettre sa toque pour le service du soir.