« Dans la rue, on meurt de violences, d'isolement »

Christophe Louis Président du collectif Les Morts de la rue. De quoi meurent les sans-abri ? Dans la rue, on meurt de violences, d'isolement. Il y a de plus en plus de suicides. Des personnes succombent également à d...

— 

Christophe Louis
Président du collectif

Les Morts de la rue.
De quoi meurent les sans-abri ?
Dans la rue, on meurt de violences, d'isolement. Il y a de plus en plus de suicides. Des personnes succombent également à des maladies mal soignées, ou décelées trop tard. Contrairement aux idées reçues, les sans-abri meurent peu de froid, environ 10 % de l'ensemble. L'âge moyen de décès n'est que de 49 ans pour une personne qui vit dans la rue, quand l'espérance de vie s'élève à plus de 80 ans en France.

Sur le « faire-part » diffusé

par le collectif figurent beaucoup

de morts « anonymes ». Qui sont-ils?
Ce sont des personnes dont on ne connaît pas le nom, parce qu'elles ne faisaient plus appel à leurs droits sociaux, par exemple. Parfois, les corps sont retrouvés quand ils ne sont plus identifiables. Il arrive que des gens nous appellent trois ou quatre ans après la disparition d'un des leurs, parce qu'ils ont vu son nom sur un de nos faire-part.

Qu'attendez-vous

du nouveau gouvernement ?
Le problème des SDF n'a pas été abordé pendant la campagne présidentielle. L'avantage, c'est qu'on n'a pas entendu de promesses qui ne seront pas tenues ! Nous attendons des moyens, et qu'on travaille avec les acteurs du secteur, notamment sur le logement.E. O.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.