Des mesures pour le bruit

0 contributions
Publié le 1 juin 2012.

Société Paris teste de nouveaux outils pour évaluer le chahut dans les rues

Les amis du silence et les amateurs de fêtes pourraient peut-être trouver un terrain d'entente. Bruitparif, l'observatoire du bruit en Ile-de-France et la Mairie de Paris testent à partir de juin un nouvel outil pour mesurer le bruit ressenti. Jusqu'ici, des mesures sonores étaient effectuées, mais se concentraient sur le vacarme du trafic. Cette fois, c'est le chahut de la nuit parisienne qui est étudié.

Stations de mesure et interviews
Première étape de ce programme qui va se dérouler sur deux ans : tout l'été, certaines terrasses des bars de la rue Jean-Pierre-Timbaud (11e) seront « sur écoute ». En plus des mesures objectives de décibels, riverains et fêtards seront invités à répondre à des questionnaires pour ajouter des données sensibles. « Tout le monde travaille en décibels, souligne Julie Nouvion, présidente de Bruitparif. Mais quand un volume sonore double, les décibels ne doublent pas. On va créer un nouvel indice de mesure facile à appréhender par le grand public. Le but n'étant pas de fermer des établissements. » Pour la première fois en France, cinq stations de mesure, quatre au premier étage de bars et une au milieu de la rue, ont été installées au début mai. Et à la fin août, les premiers résultats permettront aux différentes parties de chercher des solutions aux conflits sur le bruit en s'appuyant sur des données chiffrées. L'observatoire devrait aussi tester cet outil à la Butte-aux-Cailles (13e) ou à Ménilmontant (20e). « On a déjà eu des amendes pour tapage nocturne, mais maintenant, ça se passe bien, on a baissé la musique et limité les cris », nuance Nicolas, responsable du Onze Bar dans la rue Jean-Pierre-Timbaud. Une association de commerçants du quartier participe à l'expérience. Même si certains la voient comme un possible argument pour limiter l'animation des rues. Vincent, un serveur, regrette que « depuis l'interdiction de la cigarette, tout se rigidifie ».

Oihana Gabriel
Harmonica

Ce dispositif a été monté à l'échelle européenne. Selon Bruitparif, l'Allemagne et les Pays-Bas participent à Harmonica (Harmonised noise information for citizens and authorities), qui vise, à terme, à cartographier le bruit ressenti.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr