Le Grand Paris fluvial ira bien au-delà des frontières de l'Ile-de-France. Hier, les ports du Havre, de Rouen et de Paris ont lancé un Groupement d'intérêt économique (GIE) pour peser davantage sur le marché international. Objectif : proposer une offre commune et simplifiée de transport fluvial sur tout l'Axe Seine, avec des outils de communication partagés et programmer de grands projets ensemble. Ce groupement adopte le nom d'HAROPA, en reprenant la première syllabe chaque ville. Les trois ports proposeront ainsi des tarifs harmonisés, travailleront à prendre en compte l'aspect écologique dans les offres de transport. Cette création, HAROPA, devient le 1er port pour le commerce extérieur français et le 4e européen. Céréales (Rouen reste aujourd'hui le premier port européen pour les céréales), hydrocarbures, matériaux de construction, conteneurs devraient donc emprunter encore plus la Seine que ces dernières années. L'impulsion espérée suite à cette création devrait encourager la décongestionne du réseau routier francilien et donc faire baisser la pollution. En effet, 20 millions de tonnes de marchandises transportées par voie fluviale représentent un million de camions en moins sur les routes. Ce premier ensemble portuaire français pourrait aussi générer des emplois. Aujourd'hui, ces trois ports comptent 40 000 emplois directs.Oihana Gabriel

Paris-Rouen en 45 minutes, le projet de LGV

C'est un projet qui date des années 1990 et qui ne devrait pas voir le jour avant 2024. Relier Paris et Rouen en 45 minutes contre 1 h 10 aujourd'hui et Paris et Le Havre en 1 h 15 contre 2 h, voilà le but d'une ligne à grande vitesse (LGV) qui pourrait rapprocher la Normandie de Pari. Mardi, les Parisiens ont pu participer au débat public sur cette question.