Sid, un patron sourd, souriant et inventif

Société Sid Nouar a ouvert un restaurant marocain il y a un mois

Oihana Gabriel

— 

Sid Nouar a ouvert un restaurant marocain pour sourds et entendants.

Sid Nouar a ouvert un restaurant marocain pour sourds et entendants. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Commander son couscous en langue des signes. C'est l'une des particularités de 1 000 & 1 signes, un restaurant marocain original qui a ouvert le 1er décembre dernier dans le 9e arrondissement. A sa tête, Sid Nouar, un patron de 32 ans sourd et enthousiaste. « On m'a dit “tu vas devoir te battre”. Je pensais que cela serait plus difficile pour un sourd, mais j'ai réussi à obtenir deux prêts et une subvention. Parfois, les clients n'arrivent pas à croire que je suis sourd et mon cuisinier aussi », se félicite Sid, qui dit être le seul patron de restaurant sourd de France.
Ce passionné de cuisine s'occupait auparavant de classes bilingues à Massy (Essonne) avant de se lancer, il y a deux ans dans ce projet un peu fou. Avec une originalité, la volonté de faire se rencontrer les entendants et les sourds dans ce lieu atypique et convivial. « Je souhaite combattre les clichés. Non, les sourds ne sont pas forcément muets. Tous les sourds ne lisent pas parfaitement sur les lèvres. On ne parle pas de langage des signes mais une langue des signes. Et surtout, oui, nous pouvons être autonomes, travailler et même monter notre entreprise ! »
Dans son restaurant, 42, rue Rodier, à deux pas de son appartement, une vingtaine de couverts, des mains de Fatima colorées au mur et sa spécialité, le tajine, attendent les clients, dont déjà quelques habitués. « C'est calme, bon et je n'ai pas l'impression d'être seulement un consommateur », assure Sébastien. Pour encourager la communication, Sid a élaboré une carte où chacun peut apprendre à « signer » sa commande. Sur les tables, des brochures montrent les gestes pour dire « bonjour » ou « c'est bon ». Et si les gestes ne suffisent pas, les clients peuvent écrire leurs questions sur de petits tableaux. Dès février, Sid pense organiser des soirées jeux et des cafés philo avec un interprète pour susciter l'échange entre communautés.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.