L'attente a été longue pour Angéla. Cette fille camerounaise de 12 ans a été placée mardi soir dans un service d'aide sociale à l'enfance après avoir passé cinq jours dans la zone d'attente de l'aéroport de Roissy. Le problème? Lorsqu'Angéla arrive du Cameroun vendredi, la police de l'air et des frontières (PAF) pense que la femme qui l'accompagne n'est peut-être pas sa mère et veut procéder à des vérifications. La fillette se retrouve alors dans la zone d'attente. Lundi, le tribunal de grande instance de Bobigny ordonne le placement de la petite dans un centre d'aide sociale à l'enfance, mais le parquet choisit de faire appel. L'affaire connaît un nouveau rebondissement mardi soir, lorsque le procureur renonce finalement à faire appel pour une question de procédure. Selon le Réseau éducation sans frontières (RESF), Angéla pourra voir sa mère dès aujourd'hui et devra être présentée devant le juge des enfants en fin de semaine. Toutefois RESF considère que cette affaire reste scandaleuse et constitue une violation de la Convention internationale des droits de l'enfant. «Qu'une enfant de 12 ans soit restée seule, privée de tout, et obligée de demander à des policiers de l'accompagner aux toilettes est inacceptable», affirme l'association.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.