-

La dame de fer scintillant d'atours solaires... L'idée peut surprendre mais la Société d'exploitation de la tour Eiffel (Sete) a lancé des études en ce sens. Hier, lors de la réunion interne annuelle de la Fédération des grandes tours du monde, à laquelle 20 Minutes a pu assister en exclusivité, la Sete a présenté son plan pour rendre la tour Eiffel plus écologique. Au coeur du projet : l'installation de panneaux photovoltaïques au premier étage de l'édifice, sur les toits des commerces et de la « promenade » qui l'encercle. Pas question de cacher le squelette métallique qui l'a rendue célèbre, ni même de changer sa silhouette, les panneaux resteront discrets.

Le projet est déjà bien avancé : il devrait voir le jour à l'occasion de la rénovation du premier étage, prévue pour 2011. « Trois équipes travaillent sur l'appel d'offres et nous déciderons du projet retenu vers février 2010 », explique Nicolas Lefebvre, directeur général de la Sete. Selon les premières estimations, l'installation pourrait produire jusqu'à 26,4 kilowatts avec une intensité solaire et une température optimale. « Compte tenu de l'ensoleillement à Paris (lire ci-dessous), c'est l'équivalent de la consommation d'une dizaine de foyers hors chauffage », estime Wael Elamine, responsable de la branche solaire du Syndicat des énergies renouvelables. Rapportés à l'énorme consommation électrique de la tour (6,8 gigawattheures par an), les panneaux fourniraient 0,4 % de sa consommation - le seul scintillement, cinq minutes par heure, de la tombée de la nuit à 1 h, en représente 1 %. Si la production de la petite centrale photovoltaïque paraît faible, la direction mise aussi sur d'autres actions pour réduire l'empreinte écologique de la tour. Sa consommation électrique est ainsi déjà « 100 % renouvelable » depuis 2006 : en échange d'un tarif plus élevé, son fournisseur s'est engagé à produire son équivalent en énergie propre. W

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé