Comment la neige a semé la pagaille à Paris

TRANSPORTS Malgré la vigilance orange, l'Ile-de-France s'est retrouvée bloquée par le neige. Qui n'a pas fait son boulot?

Julien Ménielle

— 

 General view of snow-covered Trocadero esplanade in front the Eiffel Tower in Paris as winter weather hits the French capital February 2, 2009.  REUTERS/Benoit Tessier  (FRANCE)

 General view of snow-covered Trocadero esplanade in front the Eiffel Tower in Paris as winter weather hits the French capital February 2, 2009.  REUTERS/Benoit Tessier  (FRANCE) — REUTERS/Benoit Tessier

Cette fois, on ne pourra pas accuser Météo France. Dès dimanche, les prévisions annonçaient neige et verglas pour la nuit. Pourtant, ce lundi, l'Ile-de-France s'est réveillée coincée par les intempéries. 20minutes.fr fait le point sur ce qui n'a pas fonctionné.

Des retards malgré les pistes opérationnelles dans les aéroports
Les vols accusaient 50 minutes à deux heures de retard, ce lundi matin. Du côté des Aéroports de Paris (ADP), pourtant, on explique que «100% des pistes étaient opérationnelles ce matin». Les équipes de déneigement (150 personnes à Roissy-Charles-de-Gaulle, 90 à Orly) ayant travaillé toute la nuit, traitant préventivement les 220km de piste. A Charles-de-Gaulle, les retards s'expliquent par une demande de la DGAC d'annuler 30% des vols. Contactée par 20minutes.fr, la Direction générale de l'aviation civile explique que cette mesure préventive est «un protocole mis en place à la demande du ministère, qui tient compte du nombre d'avions, du temps nécessaire pour les passer sous la dégivreuse, et des autres retards liés à divers ralentissmeents». A Orly, ce sont «les essenciers qui n'ont pas pu avitailler les avions», en raison de problèmes liés «à la spécificité de leur matériel». Les prestataires ont en fait tout simplement décidé de ne pas assurer leurs livraisons, «en raison de l'intensité des chutes de neiges», explique ADP, précisant que c'est «la premièer fois depuis au moins vingt ans» que ce genre d'incident se produit.

La mairie de Paris et la RATP se renvoient la balle
Difficile de démêler le vrai du faux. Tôt dans la matinée, la RATP a préféré rappeler ses bus, ce lundi, «par mesure de sécurité», explique une porte-parole. Pourtant, à la mairie de Paris, on assure à 20minutes.fr que «tout a été fait, selon ce qui est prévu, et comme à l'occasion du dernier épisode de neige». Y compris le salage, ce que dément la RATP, qui affirme qu'«il y avait au moins 3 centimètres de neige par endroit, rien n'avait été fait.» Dans ces conditions, hors de question de faire prendre le moindre risque aux passagers. «Nous sommes complètement dépendants de la ville», se défend la RATP. L'adjoint au maire chargé de la propreté, François Dagnaud, est pourtant catégorique: «Dès 22h, 10 tonnes de sel ont commencé à être déposées sur les 500 km de voies prioritaires à Paris». Il explique même qu'une seconde opération a été effectuée à 6h ce lundi matin et précise que «les bus immobilisés étaient au départ de la banlieue». Ce que la RATP finira par reconnaître, car «si tous les centres ont été perturbés par la neige à la prise de service, seuls deux, situés en banlieue ont été empêchés de circuler».

>>> Vous avez pris le bus ou la voiture à Paris? Racontez-nous l'état des routes dans les commentaires ci-dessous.

Un système d'aiguillage gelé bloque le RER C
Sur les branches gérées par la RATP, pas d'incident notable lié aux conditions météorologiques. Les RER A et B ont bien connu quelques retards, «liés à un colis suspect», assure-t-on. En revanche, jusqu'en fin de matinée, le trafic a été perturbé sur la ligne C (qui dépend de la SNCF), avec des retards importants. En cause: «un système d'aiguillage, dont le système de réchauffement automatique était défectueux», explique un porte-parole à 20minutes.fr.

>>> L'actu se construit avec vous... Continuez à nous envoyer vos photos de neige par MMS au 33320 ou par mail au 33320 @20minutes.fr. Nous les publierons ici...

Mots-clés :