Les usagers de la ligne 1 du métro bloqués après la casse d'un rail sur le RER A, le 28 janvier 2009.
 Les usagers de la ligne 1 du métro bloqués après la casse d'un rail sur le RER A, le 28 janvier 2009. - 20minutes.fr/Photos envoyée par un de nos lecteurs au 33320

 Après les incidents et la fermeture de la gare Saint-Lazare il y a quelques jours, c’est donc un rail de la ligne A du RER qui a cédé mercredi, bloquant de nouveau des milliers de passagers. Et de nouveau la question de la vétusté des infrastructures se pose. «Un rail est supposé supporter 400 millions de Tonnes de trafic au long de son existence» explique Yves Boutry, vice-président de la Fnaut (Fédération nationale des associations d’usagers des transports). «On peut supposer que celui-ci était arrivé à saturation...».

Pour Yves Boutry, le vieillissement des voies et du matériel roulant est «manifeste» en Ile-de-France, et expliquerait la dégradation de la régularité des trains, qui s’est poursuivie en 2008. Pour de nombreux élus franciliens, les transports de la région parisienne ont été délaissés ces dernières années. Un audit sur l’état du réseau, mené conjointement par le Syndicat des Transports d’Ile-de-France et Réseau Ferré de France, est plus nuancé. «L’état général est globalement correct en comparaison du reste du réseau national (…) mais ne doit pas occulter un vieillissement continu depuis un certain nombre d’années. Ceci concerne en particulier les appareils de voies qui, pour 25 % environ, ont déjà dépassé leur durée de vie théorique. De même les ouvrages d’art présentent un manque d’entretien certain.»

Et le rapport d’estimer que « sans un effort particulier, les conséquences dommageables de ce vieillissement apparaîtront à court ou moyen terme. Par conséquent un effort significatif de renouvellement ou de gros entretien doit nécessairement être entrepris dans les prochaines années.» Un projet de commande centralisé du réseau, déjà adopté par la RATP depuis plusieurs années, apparaît « indispensable » pour faire face à l’accroissement des circulations ferroviaires. Mais il ne serait totalement déployé qu’à un horizon de 20 ans, et coûterait environ un milliard d’euros.

En attendant la régularité ne cesse de chuter : elle est tombée à 88,3 % de trains à l’heure en 2008 sur le réseau Transilien, contre 90,7% en 2007. L’âge du matériel roulant (25 ans en moyenne) est aussi en cause. Mais la SNCF assure n’être responsable que de 40 % de ces retards. Le reste serait du à des «causes externes», comme les suicides, les tirages intempestifs de signaux d’alarme, ou les intrusions sur les voies. L’augmentation du trafic, de l’ordre de 5 % par an, ne risque pas d’arranger la situation, et pourrait, faute d'investissements lourds ces prochaines années, amener le réseau à la «saturation» assurent de nombreux observateurs.

Du matériel âgé de 25 ans en moyenne Des rames âgées en moyenne de vingt-cinq ans. Et quelques «vieilles» de quarante ans… Quand on sait que la durée de vie moyenne d’un train est d’une trentaine d’années, on mesure l’ampleur du chantier à réaliser pour renouveler le matériel SNCF en Ile-de-France, soit près d’un millier de trains. Bombardier devrait livrer en octobre prochain les deux premières rames, d’une commande de 172 rames, lancée en 2007 par le Stif et la SNCF pour un montant total de 1,8 milliard d'euros. Elles viendront équiper les lignes de Paris-Nord, Saint-Lazare et Paris-Est. Le rythme de production devrait être d’une trentaine de rames par an, jusqu’en 2016. A cette date, seulement 20% du matériel francilien aura été renouvelé. Une deuxième commande du même matériel, optionnelle, attend toujours d’être levée.
Deuxième livraison très attendue: celle de trente nouvelles rames pour le RER A. Il s’agit de matériel à double étage, qui seront livrées entre 2010 et 2013, sur les branches de Chessy et Cergy. Beaucoup d’opérations de rénovation sont aussi en cours, notamment sur 80 rames du RER D.
Sur le réseau RATP, c’est surtout la livraison du nouveau matériel MF 2000 qui va venir donner un coup de jeune. A ce jour, seuls deux métros roulent sur la ligne 2. Mais d’ici à 2016, une vingtaine de rames devrait être livrée chaque année. Elles équiperont progressivement les lignes 2, 5 et 9.
 

Mots-clés :