Ses défenseurs le décrivent comme un « lagon du Pacifique », alors que ses détracteurs en parlent comme « un vulgaire trou, rempli avec l'eau de la nappe phréatique ». Le lac des Ciments, à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), laissé à l'abandon par le cimentier Calcia depuis 1968, provoque des remous.

L'entreprise, autorisée par la préfecture au printemps à combler cette ancienne carrière de 13 ha avec des déchets inertes - des déchets minéraux non pollués mais qui ne se décomposent pas -, a dû stopper ses projets de remblaiement. En août, le tribunal administratif a ordonné la suspension des travaux après avoir été saisi par l'association les Amis de la Terre du Val-d'Ysieux, qui a recensé près de 700 espèces de faune et de flore sur ce lac.

Mais voilà, le ministère de l'Ecologie s'est pourvu en cassation dans le but de relancer le comblement. « Ce n'est pas une décharge, mais bien un projet d'aménagement de carrière en un espace boisé, approuvé par une enquête publique », se défend Ciments Calcia.

Impensable, pour l'association et les élus Verts de la région qui réclament de nouveau le classement du lac en réserve naturelle régionale. « Comment peut-on faire le Grenelle de l'Environnement et demander [cette] destruction ? C'est un véritable scandale national », dénonce Etienne Bohler, des Amis de la Terre du Val-d'Ysieux. Ce lac, le plus profond d'Ile-de-France, serait, selon lui, le plus riche site écologique du Val-d'Oise.

Les trois communes jouxtant le lac ne l'entendent pas de cette façon. « Nous n'avons pas à nous prononcer pour une solution plutôt qu'une autre, relève Alain Plaut, premier adjoint de Mours. Mais nous n'avons pas un centime à mettre dans un éventuel projet d'aménagement. De plus, des personnes se sont déjà noyées ». Selon le conseil général, une étude scientifique permettant de statuer sur l'aspect exceptionnel ou non du site pourrait être prochainement lancée. W

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé