Le signal d'une architecture Nouvel

URBANISME – C'est le Français Jean Nouvel qui a emporté le concours pour la tour Signal...

Sophie Caillat

— 

De gauche à droite, les projets pour la tour Signal de la Défense de Norman Foster, Jean Nouvel et David Libeskind.

De gauche à droite, les projets pour la tour Signal de la Défense de Norman Foster, Jean Nouvel et David Libeskind. — Foster/Nouvel/Libeskind

Quel suspense! Mardi matin, «des sources proches du dossier» ont enfin dévoilé le nom du lauréat de la « tour Signal», «figure emblématique de l'ambition retrouvée» de la Défense, premier quartier d'affaires européen. C'est l'architecte français Jean Nouvel qui a remporté le concours pour la construction de cette tour haute de 300 mètres, dans le quartier d'affaires de La Défense.

>>> Pour découvrir d'autres réalisations en images de l'architecte Jean Nouvel, cliquez ici

Les superlatifs ne manquaient pas pour décrire «l'audace» attendue pour ce bâtiment hors norme, qui ne sera pas le plus haut de France (autour de 300 m), mais peut-être l'un des plus chers - environ 1 milliard d'euros - le plus exigeant en matière de développement durable, et le premier à intégrer des usages mixtes (bureaux, logements, commerces, services).

L'aménageur de la Défense, l'Epad, se réjouit d'avoir fait venir, parmi les trente dossiers initialement déposés, «les plus grands noms» de l'architecture internationale. Autour de Jean Nouvel restaient en lice cinq finalistes, l'Américain Daniel Libeskind, missionné pour construire sur le site du World Trade Center à New York, le Britannique Norman Foster, et les Français Jacques Ferrier et Jean-Michel Wilmotte. Les mêmes qui sont retenus à de nombreux concours. «Il est paradoxal de demander à ces architectes de relancer l'identité spécifique d'un quartier et de voir toujours les mêmes icônes. L'architecture semble se résumer à une image, une enveloppe, mais que sait-on des usages de ces immeubles?», s'interroge Françoise Fromonot, cofondatrice de la revue Criticat.

Un urbaniste évoque «l'architecture bling-bling» et compare ces grands noms que l'on convie aux concours «à des acteurs "bankable" pour sauver un mauvais film». François Gruson, architecte et prof, déplore que le site ait été laissé au libre choix du gagnant. Au contraire, la directrice du Pavillon de l'Arsenal, membre du jury, Dominique Alba, parie que le lauréat «redonnera une aura architecturale à la Défense, après le Cnit, la Grande Arche, et la tour Phare» et assure que «plus on parlera d'architecture, plus les gens en auront envie».

polémique
Attribuée à un projet d'école à Bordeaux, jugé trop «ordinaire», la prestigieuse Equerre d'argent 2007 avait soulevé une violente polémique.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.