Plus de 1.000 panneaux publicitaires JCDecaux vides depuis le 1er janvier

STOP PUB Depuis le 1er janvier, 1.630 panneaux publicitaires de JCDecaux sont sans pub, résultat de l’annulation en décembre du contrat entre l’opérateur et la ville de Paris…

Camille Obry

— 

Un panneau publicitaire –dit «sucette»– JCDecaux à Paris. (Illustration)

Un panneau publicitaire –dit «sucette»– JCDecaux à Paris. (Illustration) — E. HENNEBICQ/SIPA

Parmi les principaux changements de début d’année, celui-ci est pour le moins inattendu. Depuis le 31 décembre à minuit, 1.630 panneaux publicitaires JCDecaux sont en interruption totale de service, rapporte Le Parisien. Aucune publicité, plan de quartier ou encore information municipale ne seront affichés pour le moment. A la place, une simple affiche neutre.

>> A lire aussi : >> A lire aussi : Bordeaux, Lyon et Nantes testent la publicité sur les trottoirs

Cette nouvelle réjouit l’association Résistance à l’agression publicitaire, dont Thomas Bourgenot, chargé de plaidoyer de l’association, qui espère que cette situation dure longtemps. « Si la décision est confirmée par le Conseil d’Etat, cela pourrait durer. Une procédure d’appel d’offres, cela prend entre 18 et 25 mois », explique-t-il au quotidien.

Du côté de la mairie, cette situation représente un énorme manque à gagner. Ces publicités génèrent environ 30 millions d’euros par an.

Des démêlés judiciaires nombreux

Le contrat entre la ville de Paris et JCDecaux a pris fin au 31 décembre 2017 et de nombreux revers judiciaires entraînent la nudité de ces « sucettes ». En avril et en septembre, le tribunal administratif puis le Conseil d'Etat​ avaient retoqué la réattribution des panneaux d’affichages pour les cinq prochaines années.

Des panneaux lumineux déployés à Paris avec JCDecaux (Illustration).
Des panneaux lumineux déployés à Paris avec JCDecaux (Illustration). - Compte Twitter de JCDecaux

En décembre, le tribunal administratif a annulé à nouveau le contrat transitoire de 20 mois allant jusqu’en 2019. Aujourd’hui, le sort de ces « sucettes » est entre les mains du Conseil d’Etat, qui devrait se prononcer en février.

Mots-clés :