Paris: Propreté, incivilités... Le plan de bataille d'Anne Hidalgo pour gagner les prochaines municipales

MUNICIPALES La course aux municipales est lancée à Paris. Qu’elles se déroulent en 2020 ou 2021 – le gouvernement doit confirmer – Anne Hidalgo est prête. Interrogée par « Le Figaro », elle a détaillé son plan de bataille…

Y.C.

— 

Anne Hidalgo a un plan de bataille pour remporter les prochaines municipales.

Anne Hidalgo a un plan de bataille pour remporter les prochaines municipales. — SIPA

  • Anne Hidalgo devrait brigue un second mandat en 2020 ou 2021.
  • Pour conquérir les Parisiens elle veut rendre la ville plus propre et se montrer plus présente.
  • Elle fait face à de nombreuses critiques.

A mi-mandat, Anne Hidalgo pense déjà à la prochaine élection municipale qui devrait se dérouler soit en 2020 ou en 2021. Son premier dossier pour (re) conquérir le cœur des Parisiens est la propreté de la ville. « On doit produire des effets plus visibles sur la propreté et sur la lutte contre les incivilités », a-t-elle expliqué au Figaro. « Sur la propreté, les résultats ne sont pas au rendez-vous mais on s’y attaque », assure Emmanuel Grégoire, adjoint chargé du budget. En mars, Anne Hidalgo avait déjà annoncé le recrutement d’agents et d’enquêteurs supplémentaires.

La maire de Paris a également annoncé qu’elle serait davantage présente sur le terrain. « Jusqu’à maintenant, elle se déplaçait pour des manifestations bien identifiées. Dorénavant, elle veut davantage déambuler et multiplier les contacts », explique un proche.

« J’ai eu la chance de rehausser l’image de Paris »

A présent que les Jeux Olympiques 2024 sont assurés, ses déplacements à l’international devraient diminuer. Ils auraient donné à ses administrés l’impression qu’elle les abandonnait : « Ses succès à l’international ont pu donner l’illusion qu’elle s’éloignait du terrain », relève Emmanuel Grégoire. Un nouveau mandat lui permettrait d’inaugurer les J.O. : « J’adorerais ça », confie-t-elle.
Mais elle rappelle que si leur organisation l’a tenue éloignée de la capitale, c’est au profit des Parisiens : « J’ai eu la chance de rehausser l’image de Paris à l’international, avec des résultats tangibles au regard de la place de Paris dans les classements internationaux et le retour des touristes après les attentats. Quand je pars chercher les Jeux olympiques à l’étranger, c’est aussi pour offrir des emplois aux Parisiens. Ça ne se serait pas fait en restant dans mon bureau. »

>> A lire aussi : JO 2024: Livraison des équipements, sécurité et baignade dans la Seine, le plus dur commence pour Paris

« Une entreprise de bashing »

Se montrer davantage présente passe aussi par le numérique. L’édile organisera à partir de janvier des Facebook live réguliers à partir de la rentrée. Ses adjoints se sont engagés à être plus présents dans les médias : « Anne Hidalgo est surexposée. On a convenu que nous devions trouver un moyen de mieux l’entourer. Ses adjoints doivent être plus présents dans les médias », explique Emmanuel Grégoire. Il poursuit : « On doit adapter notre dispositif, faire du fact-checking et être davantage présent sur les réseaux sociaux. »

Mais face aux commentateurs politiques qui prédisent un échec aux municipales, Bruno Julliard, le premier adjoint, dénonce « une entreprise de bashing ». La maire précise : « Dans la vie politique, quand vous occupez un rôle de premier plan, vous devenez une cible. Mais quand vous êtes une femme alors c’est puissance 10 ! » Dans son entourage, on souffle qu’elle serait devenue une cible : « Il n’y a plus Christiane Taubira ou Najat Vallaud-Belkacem pour concentrer les attaques de l’extrême droite et d’une certaine droite. » Anne Hidalgo ajoute : « C’est vrai qu’il n’y en a plus beaucoup, des hommes et des femmes politiques de gauche encore debout. »

Mots-clés :