• Johnny Hallyday s’est éteint dans la nuit de mardi à mercredi, à l’âge de 74 ans.
  • Selon nos informations, Delphine Bürkli, maire du IXe, veut rendre hommage à ce gamin du quartier.

« J’ai enfin connu les bandes de potes. […] C’était la période de “la bande de la Trinité”. On était des petits blousons noirs, pas méchants. On se baladait pour rencontrer d’autres bandes et se battre. […] On parlait sur les bancs, on rêvait de filles, de cinéma. On aimait chourer des disques. J’étais le spécialiste pour piquer des vinyles », racontait Johnny Hallyday, dans son roman-confession écrit par Amanda Sthers, Dans mes yeux, sorti en 2013.

>> A lire aussi : Spleen, mort et rock'n'roll... Johnny le poète

Une plaque au square de la Trinité

Quatre ans plus tard, le gamin du IXe, devenu le « Taulier », est décédé à l'âge de 74 ans, des suites des suites d’un cancer du poumon, dans la nuit de mardi à mercredi. « Le IXe arrondissement de Paris s’est réveillé endeuillé mercredi 6 décembre, après la perte d’un de ses plus illustres habitants », indique aujourd’hui la mairie d’arrondissement, qui souhaite lui rendre un hommage. A lui, mais aussi à la bande qu’il formait avec Eddy Mitchell et Jacques Dutronc.

Selon nos informations, Delphine Bürkli​, élue de l’arrondissement souhaite en effet rendre hommage à cet « enfant du IXe » et aux trois « vieilles canailles », au nom de l’ensemble des habitants de l’arrondissement, en apposant une plaque square de la Trinité, au printemps prochain. « Et pourquoi pas le jour de son anniversaire, le 15 juin prochain », indique celle qui fera cette proposition à la famille Hallyday.

Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, le 5 novembre 2014 à Bercy.
Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, le 5 novembre 2014 à Bercy. - SIPA

Une vie dans le IXe arrondissement

Johnny Hallyday a en effet passé son enfance au cœur de l’arrondissement. Une période qui fut déterminante dans l’ascension de « l’idole des jeunes ».

>> A lire aussi : Fans endeuillés, policiers dans les bosquets... Marnes-la-Coquette sous les projecteurs

Les premiers mois de sa vie, il les passa au 23, rue Clauzel, avec ses parents, Léon Smet et Huguette Clerc, mariés quelques mois plus tard à la mairie du IXe. Très jeune, il fut confié à sa tante qui habitait rue de la Tour des Dames, dans l’arrondissement, du côté du quartier Blanche-Trinité.

Enfin, c’est donc dans ce fameux square de la Trinité, que Johnny adolescent venait jouait de la guitare et qu’il croisa sa fameuse bande « de la Trinité » à la fin des années 1950.