Paris: Le groupe LR interpelle la mairie sur la propreté dans la capitale

SOCIETE Florence Berthout, présidente du groupe Les Républicain au conseil de Paris, qui débute ce lundi, dénonce les « mesurettes » de la Mairie en matière de propreté…

Romain Lescurieux

— 

Un camion-poubelle passe à côté de poubelles débordantes de déchets à Paris le 8 juin 2016

Un camion-poubelle passe à côté de poubelles débordantes de déchets à Paris le 8 juin 2016 — Geoffroy Van der Hasselt AFP

  • En 2018, la ville de Paris va dédier 550 millions d’euros.
  • Le groupe LR souhaite notamment l’embauche de 250 agents de nettoyage supplémentaires, le déploiement de sanisettes et de cendriers de rue.

« De la saleté et moins de moyens. Voilà le bilan propreté depuis que les socialistes sont à la tête de la capitale », s’exclame Florence Berthout, présidente du groupe Les Républicain au conseil de Paris, qui débute ce lundi. Temps fort de ce moment : Le débat autour du projet de budget primitif 2018, qui englobera notamment l’enveloppe dédiée à la propreté. Dans ce contexte, Florence Berthout entend interpeller la mairie sur la « dégradation » de la propreté dans les rues de la capitale. « C’est l’attractivité de Paris qui est en jeu », indique-t-elle auprès de 20 Minutes.

>> A lire aussi : Nouvelle présidente LR, Florence Berthout veut s'opposer «sans concession» à Anne Hidalgo

« La maire de Paris fait semblant de se saisir du problème »

La ville promet pour l’année prochaine, « des moyens renforcés pour une ville plus propre ». Soit 550 millions d’euros dédiés à la propreté en 2018, dont 22 millions d’euros destinés à l’acquisition de nouveaux matériels de nettoiement et de collecte et un million investi pour lutter contre les rats. « La propreté est l’une des priorités déterminantes pour l’année 2018 », rappelle Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo. « La maire de Paris fait semblant de se saisir du problème. Car aujourd’hui il faut surtout rattraper notre retard. Et le budget dédié ne le rattrape pas », s’insurge Florence Berthout.

>> A lire aussi : Les rats n'en finissent plus de ronger les jardins et les rues de Paris

Car selon elle, ce budget « cache en réalité une réduction des moyens humains et une détérioration du matériel ». Depuis 2001, il y a 1.111 agents dédiés à la propreté en moins dans la ville, indique-t-elle. Et 20 % du matériel serait en permanence à l’arrêt. « On manque de laveuses et d’aspirateurs », assure-t-elle. Aujourd’hui, « il faut une réponse à la hauteur de ce constat. Nous ne pouvons plus nous contenter », note celle qui préside aussi la mission d’information et d’évaluation sur la propreté. « Nous proposons de redéployer des millions d’euros d’économies sur cette priorité tout en recrutant 250 agents supplémentaires. Notamment pour avoir des prestations supplémentaires », conclut-elle. Elle propose également de déployer davantage de sanisettes de rue et de cendriers pour éviter les épanchements d’urine et jets de mégots sur la voie publique.

>> A lire aussi : Les deux premiers urinoirs écologiques installés près de la Gare de Lyon

De son côté, Christophe Girard, adjoint à la maire de Paris chargé des Ressources humaines, du dialogue social et de la qualité des services publics, assure qu’il y aura dès l’année prochaine des embauches et moyens supplémentaires pour faire de Paris, une ville « propre » tout en éduquant davantage les Parisiens et les touristes sur ce sujet pour qu’ils « salissent moins ».