• Après six ans de travaux, la Monnaie de Paris rouvre ses portes au public ce samedi.
  • De la Monnaie de Paris, sortent chaque année quelque 120.000 pièces, ainsi que 300.000 objets d’art ou médailles.
  • Près de 40 pays ont recours à la Monnaie de Paris pour faire frapper sa monnaie.

Après six ans de travaux, la Monnaie de Paris rouvre ses portes au public ce samedi 30 septembre et propose aux visiteurs un parcours inédit. 20 Minutes a eu l’occasion de visiter en avant-première les locaux, situés au 11, quai de Conti (6e arrondissement) et vous révèle les secrets de cette prestigieuse institution.

La plus vieille institution française

Vous l’ignoriez peut-être, mais la Monnaie de Paris est tout simplement la plus vieille institution française encore en activité ! Elle a en effet été crée par le roi Charles II, dit le Chauve, en 864. Dorénavant, nul autre que le roi de France n’aurait le droit de battre monnaie sur le territoire. Forte de ses 1153 ans d’existence, la Monnaie de Paris est donc également l’une des plus vieilles entreprises d’Europe et du monde. « On est une PME et pour une PME industrielle, on se porte plutôt pas mal. On est encore là pour longtemps » s’enthousiasme Anne-Sophie Duroyon-Chavanne, administratrice culturelle de la Monnaie, qui a piloté ce projet de rénovation. La Monnaie de Paris a en effet été entièrement rénovée pour un coût total de 75 millions d’euros.

Le musée a également été complété par un parcours inédit permettant aux visiteurs d’observer les ateliers de l’usine et d’admirer ainsi le travail des orfèvres. Seront ainsi dévoilés au public pour la première fois les ateliers de ciselure, où les artistes « rognent » la monnaie, c’est-à-dire la polissent, ainsi que le lieu de frappe des monnaies et les ateliers de gravure. « C’est une nouvelle typologie, qui offre aux visiteurs à voir le geste et les objets créés. Ce nouveau parcours, mêlant usine et musée, permet d’admirer la créativité des artistes, la continuité entre matière et objet, entre industrie et métier d’art. La Monnaie va devenir un lieu unique », déclare Camille Morineau, sa directrice artistique.

Un microscope situé dans le laboratoire de la Monnaie de Paris.
Un microscope situé dans le laboratoire de la Monnaie de Paris. - Monnaie de Paris

120.000 pièces par an

La Monnaie de Paris est la première usine à avoir ouvert ses portes dans la capitale française, mais c’est également la dernière à y être encore en activité. Cent cinquante ouvriers y travaillent et utilisent onze métaux différents. Cette usine est cependant concurrencée par les moyens de paiement virtuels : « La carte de crédit ou le portable, ça nous fait mal », affirme Anne-Sophie Duroyon-Chavanne. De cette usine, sortent chaque année quelque 120.000 pièces, ainsi que 300.000 objets d’art ou médailles.

La frappe de la monnaie au balancier à la Monnaie de Paris.
La frappe de la monnaie au balancier à la Monnaie de Paris. - Monnaie de Paris

Des pièces antisceptiques

La Monnaie de Paris se concentre sur des pièces de collection, des productions artistiques, mais également sur de la monnaie étrangère. Ce sont en effet près de quarante pays qui ont recours aux services de la Monnaie de Paris pour fabriquer leurs devises ! Parmi eux, la Thaïlande, le Bangladesh, le sultanat d’Oman, le Qatar ou encore la Mauritanie. « Avant de recourir à nos services, ces pays ont fait des appels d’offres, comme avec n’importe quelle entreprise. Nos principaux concurrents sont la Royal Mint anglaise, la Monnaie royale canadienne et l’atelier monétaire de Finlande. » informe Anne-Sophie Duroyon-Chavanne. « Nous nous efforçons d’adapter notre travail aux spécificités de chaque pays comme la température et le climat, ajoute-t-elle, ainsi on n’utilisera pas le même métal pour la Thaïlande et pour Oman. Pour le Bangladesh par exemple, nous avons créé une monnaie antiseptique pour limiter la transmission de maladies tropicales. »

Pas d’euros à la Monnaie de Paris

Les huit modèles de pièces d’euros que chacun a dans son porte-monnaie ne sont plus fabriqués à Paris depuis 1958, mais en province. Depuis 1975, c’est le site industriel de Pessac, en Gironde, qui remplit cette attribution. La Monnaie de Paris va toutefois redémarrer sa production d’euros destinés à la France à partir du 30 septembre. Une première possible grâce à la machine à frapper des pièces de 2 euros transférée de Pessac.

La Vénus au violoncelle, oeuvre de l'artiste contemporain Arman, exposée à la Monnaie de Paris.
La Vénus au violoncelle, oeuvre de l'artiste contemporain Arman, exposée à la Monnaie de Paris. - Monnaie de Paris

Pour le premier week-end, l’entrée à la Monnaie de Paris sera gratuite. A partir du 20 octobre, les locaux accueilleront l’exposition Women HousePrès de quarante artistes femmes y seront exposées, parmi lesquelles Louise Bourgeois ou Niki de Saint Phalle.