Voiture de police brûlée à Paris: «J'ai oublié que derrière l’uniforme, il y avait des hommes»

PROCES Après une première journée marquée par des problèmes d’organisation, le procès de la voiture de police incendiée quai de Valmy en mai 2016 s’est réellement ouvert ce mercredi…

Caroline Politi

— 

Photo prise par téléphone portable d'une voiture de police incendiée lors d'une contre-manifestation à Paris le 18 mai 2016

Photo prise par téléphone portable d'une voiture de police incendiée lors d'une contre-manifestation à Paris le 18 mai 2016 — Thibauld MALTERRE AFP

  • La première journée avait été suspendue à cause de problèmes d’organisation.
  • Huit personnes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris.
  • Cinq d’entre eux risquent dix ans de prison pour des actes de violence aggravée sur des policiers. Un sixième est sous mandat d'arrêt.

Plus d’un an et demi après les faits, « les cris des manifestants » résonnent encore dans la tête de Kévin Philippy. Le 18 mai 2016, cet adjoint de sécurité rentre d’une séance d’entraînement au tir lorsque son véhicule est pris à partie par des manifestants d’extrême gauche, quai de Valmy, dans le 10e arrondissement de Paris. Les images du véhicule en flammes et de l’agent esquivant les coups ont fait le tour du monde. « J’ai cru mourir », résume d’une voix calme le policier, costume sombre et cravate rouge éclatante, à la barre de la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

>> A lire aussi : Procès de la voiture de police incendiée quai de Valmy. Un tour de chauffe

Le procès s’est ouvert mardi mais, à cause de problèmes d’organisation, il n’a réellement commencé que ce mercredi. Huit personnes, dont deux sont détenues, comparaissent pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations » et cinq pour «  violences aggravées sur policiers ». Un neuvième prévenu, résident suisse, est sous le coup d’un mandat d’arrêt.

« Il essayait d’atteindre ma tête pour me mettre au sol et m’achever »

« Je me souviens encore des cris "dégage sale flic". Un peu comme d’habitude… », confie, las, celui qui entre-temps est devenu gardien de la paix. En quelques secondes, les vitres de son véhicule volent en éclats sous le poids de divers projectiles, il essuie coups de pied et de poing, puis un fumigène enflamme l’habitacle. A peine a-t-il posé un pied à terre qu’un manifestant lui assène des coups avec une barre de fer. « Il essayait d’atteindre ma tête pour me mettre au sol et m’achever », assure-t-il. Les films amateur montrent en effet un homme, le visage dissimulé, lui asséner quatre coups au niveau du haut du corps qu’il parvient à esquiver avec ses avant-bras. « Pourquoi s’approcher de ce manifestant ? » l’interroge le président. « Plus on se rapproche, moins les coups sont forts. » A-t-il un temps pensé à sortir son arme ? « Pour ne pas risquer de me la faire piquer, j’ai préféré ne pas la sortir », poursuit-il.

L’homme à la barre de fer, c’est Nicolas F., 41 ans. Sagement vêtu d’une chemise blanche et d’un pull noir col en V, cet ingénieur autodidacte ne cherche pas à nier les faits. « J’étais en colère, j’ai agi bêtement » après un énième « gazage » [lacrymogène], explique-t-il d’une voix claire. « L’image de la police que j’ai à ce moment-là, c’est que ce ne sont pas des gens qui nous veulent du bien. » Le prévenu se défend d’être un militant de longue date. Son engagement, assure-t-il, remonte à trois semaines. « Je suis allé en manif par hasard, le 28 mars, pour faire marcher ma mère qui sortait de l’hôpital après un AVC. » Ulcéré par plusieurs scènes de violences policières auxquelles il dit avoir assisté, il se « radicalise », adopte « l’uniforme » du cortège de tête, s’habille en noir, achète un masque à gaz…

« J’ai peur, il est armé »

Lui, le petit-fils d’officier militaire et ancien scout, se dit pourtant « profondément attaché aux institutions de la République ». Comment, alors, expliquer cet accès de violence qui lui a valu plus d’un an de détention préventive ? Il évoque un réflexe « pavlovien » de défense dans un moment de panique. « J’ai peur, il est armé. Je veux juste qu’il tourne les talons. Ce n’est pas la tête que je vise, c’est lui. »

Avant de retourner s’asseoir, il tient à adresser ses excuses à la victime. « Je peux comprendre la haine que vous pouvez avoir, lance-t-il à l’adresse de Kévin Philippy. J’ai oublié que, derrière l’uniforme, il y a un homme. » Les mains ramenées sur ses genoux, le policier l’écoute, stoïque. Comme lors de leur dernière « rencontre » qui les a menés dans cette salle du tribunal.