Paris: Des autocollants contre le «manspreading» font leur apparition dans le métro

TRANSPORTS Après avoir été un sujet de conversation, le « manspreading » est attaqué dans les transports parisiens à coups d’autocollants…

Floréal Hernandez

— 

Un autocollant contre le phénomène de manspreading, dans une rame de la ligne 7 de la RATP

Un autocollant contre le phénomène de manspreading, dans une rame de la ligne 7 de la RATP — A.Trotin

Des autocollants contre le « manspreading » ont été aperçus sur la ligne 7 et la ligne 13, ce lundi et ce mardi. Le 13 juin, 20 Minutes se demandait si cette « “habitude” masculine qui consiste à écarter les cuisses sur son siège de métro ou de bus, sans se soucier du bien-être de sa voisine ou voisin, situé(e) en face ou à côté » allait être interdite dans les transports parisiens et franciliens comme à Tokyo, New York ou tout récemment à Madrid.

>> A lire aussi: Vers l’interdiction du «manspreading» dans les transports franciliens?

Des consignes contre le « manspreading » en français, en anglais et en allemand

Contactés par 20 Minutes, le Stif et la RATP répondaient qu’actuellement il n’y a « ni réflexion, ni prise de position sur le sujet ». Des usagers, eux, se sont saisis du problème du « manspreading » et viennent d’apposer des autocollants dans le métro.

Sur cet autocollant qui reprend la charte graphique de ceux de la RATP, on voit un homme qui écarte tellement les cuisses que sa voisine est forcée de se recroqueviller. Ce « gêneur » est barré d’une croix rouge et on trouve ce texte : « L’ouverture des cuisses n’est pas utile. La fermeture des cuisses est préférable car les testicules ne sont pas en cristal, elles n’exploseront pas : vous pourrez ainsi laisser plus de places à vos voisines ; vous ne polluerez plus leur champ visuel. » Des messages traduits en anglais et en allemand.

Osez le féminisme n’est pas derrière l’opération, assure l’association à 20 Minutes. Mais elle indique que les visuels sont bien les leurs, avaient été créés en 2014 et qu’un collectif a demandé à les réutiliser.