Résultat législatives 2017: A Evry, «nous ne sommes pas dans des conditions électorales paisibles»

REPORTAGE Au lendemain d’une victoire controversée de Manuel Valls dans la 1ere circonscription de l’Essonne, des citoyens et La France insoumise s’élèvent contre ses méthodes…

Camille Anger

— 

Farida Amrani, candidate France Insoumise dans l'Essonne

Farida Amrani, candidate France Insoumise dans l'Essonne — TLG/20mn

  • Dans la 1ere circonscription de l’Essonne, Manuel Valls a remporté les élections législatives face à Farida Amrani, candidate de La France insoumise (LFI), une avance faible au vu des 139 voix supplémentaires accordées à l’ex Premier ministre
  • La candidate de La France insoumise et son suppléant Ulysse Rabaté ont constitué un dossier à la préfecture d’Evry ce lundi 19 juin avant de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel
  • La population, elle, délaisse les urnes et perd confiance envers la classe politique établie

Les habitants de la 1ere circonscription de l’Essonne ont boudé les urnes dimanche. Un peu plus d’un sur deux sont inscrits sur les listes électorales (55 %) et seulement un sur trois s’est exprimé en moyenne aux législatives. Mais la politique n’en reste moins un sujet de discussion ce lundi, au lendemain d’une victoire contestée de Manuel Valls (50,3 %), avec 139 voix de plus que sa concurrente Farida Amrani de La France insoumise (FI). Sur place, à Evry ou Corbeil-Essonnes 20 Minutes a rencontré plusieurs abstentionnistes.

>> A lire aussi : Rififi à Evry où Manuel Valls et Farida Amrani revendiquent la victoire

Un rendez-vous manqué avec la majorité des habitants

Franck, par exemple, s’est rendu à la préfecture d’Evry, pour retirer son permis de conduire. Selon lui, « l’abstention est une réponse à la suprématie d’une élite politique ». Un point de vue proche de celui de Jean-Luc Mélenchon mais qui ne l’a pas pour autant convaincu d’aller voter pour la candidate FI dimanche.

>> A lire aussi : Elu dans l'Essonne mais contesté, pourquoi Manuel Valls siégera bien à l'Assemblée (au moins quelques semaines)

Quelques instants plus tard, vers 11 heures, Farida Amrani, arrive à la préfecture, confiante. Elle a décidé de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel d’ici dix jours. Le dossier est en train d’être monté. Une tâche à laquelle des « dizaines de citoyens » prennent part, selon son suppléant Ulysse Rabaté.

Evry, le 19 juin 2017. Ulysse Rabaté et Farida Amrani, le suppléant et la candidate de La France insoumise dans la 1ère circonscription de l'Essonne.
Evry, le 19 juin 2017. Ulysse Rabaté et Farida Amrani, le suppléant et la candidate de La France insoumise dans la 1ère circonscription de l'Essonne. - C.ANGER

« Persuadé que Farida Amrani a gagné »

« Un assesseur a témoigné n’avoir pas été inscrit », atteste un des 10 porte-parole de FI, Philippe Juraver, à la sortie de la réunion à la préfecture d’Evry. Ce cheminot à la retraite, a fait part de « petites irrégularités qui peuvent faire la différence ». Confiant, il reste « persuadé que Farida Amrani a gagné ». Il souhaite l’organisation de nouvelles élections et espère voir cette « syndicaliste de la CGT » sur les bancs de l’assemblée nationale. « Nous ne sommes pas dans des conditions électorales paisibles », conclut-il.

Des échauffourées en mairie d’Evry ont eu lieu lors de la proclamation des résultats du scrutin dimanche. Certains militants se sont retrouvés évacués par les forces de police présentes dans l’enceinte de la mairie d’Evry. Mohamed, un ancien médiateur de la ville d’Evry était présent quand « la police municipale a repoussé tout le monde à l’extérieur ». Et de pointer l’exclusion des journalistes de BFM TV : « ils ne pouvaient utiliser leur matériel pour filmer ».

Manuel Vall « ne craint rien »

L’ex-Premier ministre, Manuel Valls « ne craint rien », affirme, lui, Jean-Pierre*, taxi essonnien, au comptoir d’un bar de Corbeil-Essonnes. A côté, Jean-Marie complète. « Un jour, c’est l’ennemi de Dassault, le lendemain, son ami. Quand le Parti socialiste décline, Manuel Valls se tourne vers La République en marche. » Le quadragénaire avait « mieux à faire que de voter dimanche : profiter du beau temps. »

Le fief de Valls n’est plus. Pascale Prigent, cosecrétaire du Parti radical de gauche émet des soupçons sur les méthodes de l’ancien gestionnaire PS d’Evry. « Le doute plane sur la ville où le gagnant officiel des législatives a été maire », énonce-t-elle. « L’écart très petit justifie des recherches », poursuit-elle.

Anil, membre de l’équipe de campagne de FI, annonce à 20 Minutes la tenue d’une conférence de presse jeudi en présence de leurs avocats afin de revenir sur les irrégularités constatées pendant les élections.