Transport: Le 1er juillet, le RER pourrait disparaître

TRANSPORT Désormais, vous ne prendrez plus le RER mais le « train » A, B, C, D ou E, selon la lettre du Cheminot…

C.P.

— 

Un RER B, illustration

Un RER B, illustration — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

A partir du 1er juillet, vous ne courrez plus pour attraper votre RER. Rassurez-vous, vous continuerez à cavaler. Mais pour avoir votre « train ». Selon des informations parues samedi sur le blog spécialisé La lettre du Cheminotet relayée par Les Echos, l’appellation « RER » - « réseau express régional » - pourrait disparaître cet été au profit du mot « train ».

D’après le site spécialisé, ce changement fait suite à une série d’études réalisées par le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) qui indiquent que les dénominations actuelles ne sont pas claires. Pour les usagers, le distinguo entre le RER et les trains de banlieue (Transilien) serait particulièrement peu compréhensible. Objectif de ce changement sémantique : limiter le nombre d’appellation pour les transports en commun à quatre termes, train, métro, bus et tram, correspondant au mode de transport.

Toujours afin de faciliter la compréhension, les termes retenus pourraient être inscrits en toutes lettres. Fini donc le logo du métro – un « M » inscrit dans un cercle – et l’appellation « RER » lancée en 1977 qui la démarque de la SNCF. Selon Les Echos, l’exploitant des lignes A et B ainsi que du métro serait réticent à cette évolution.

Mots-clés :