Paris: Jugé pour avoir lancé un verre d’eau sur Myriam El Khomri

CANICULE Alors qu’elle était en campagne pour les législatives dans la 18e circonscription de Paris, Myriam El Khomri a été « attaquée » au verre d’eau par un militant de l’ultragauche…

F.H. avec AFP

— 

Paris, le 27 mai 2017. - L'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri pendant sa campagne législative dans la 18e circonscription de Paris.

Paris, le 27 mai 2017. - L'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri pendant sa campagne législative dans la 18e circonscription de Paris. — SIPA

Contre le coup de chaud, le verre d’eau ! Alors que le week-end était caniculaire à Paris, un militant autonome a « simplement rafraîchi la mémoire sur l’opinion qu’ont d’elle des millions d’entre nous » en lançant un verre d’eau sur Myriam El Khomri, dimanche, rapporte un communiqué du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA). La scène s’est déroulée alors que l’ex-ministre du Travail menait sa campagne pour les législatives dans la 18e circonscription de Paris.

Jugé le 3 octobre

Cet « ancien syndicaliste, militant sans répit solidaire des migrants-es dans le 18e [arrondissement] » a été interpellé dimanche après ce jet de verre d’eau. « Arrêté immédiatement et conduit au commissariat de la Goutte d’Or, il a ensuite été mis en garde à vue puis déferré pour “violences avec arme par destination”. L’arme étant… l’eau ! », ironise le communiqué du NPA.

En décembre, sur le marché de Noël de Strasbourg, Manuel Valls avait été «attaqué» par un jet de farine

>> A lire aussi: Batailles de gauche à droite… Découvrez les points chauds à Paris

Cet homme de 39 ans, fiché pour son appartenance à la mouvance d’extrême gauche, sera jugé le 3 octobre pour « violences avec arme par destination » et « refus de prélèvements génétiques », a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

>> A lire aussi: Dans la 2e circonscription de Paris, «c’est le grand bazar»

Investie par le PS, Myriam El Khomri se présente sous l’étiquette « majorité présidentielle » dans la 18e circonscription de Paris où La République en marche (REM) d’Emmanuel Macron n’a pas nommé de candidat. Elle y affronte notamment la militante féministe Caroline De Haas, à l’origine d’une pétition en ligne qui avait réuni plus de 1,3 million de signataires contre la loi travail portée par l’ancienne ministre et le candidat de La France Insoumise, Paul Vannier.