Environ trois cents lycéens ont bloqué ce vendredi les entrées de deux lycées de Coulommiers (Seine-et-Marne) pour protester contre l'expulsion programmée d'un camarade tunisien sans-papiers, et ont lancé des projectiles sur des policiers, a-t-on appris de source policière.

Au centre de rétention du Mesnil-Amelot

Les lycéens, dans un «mouvement apparemment spontané», ont bloqué vers 8h30 les entrées du lycée professionnel Georges Cormier et du lycée Jules Ferry pour réclamer la remise en liberté de Walid Jedid, 19 ans, actuellement au centre de rétention du Mesnil-Amelot.
Des policiers ont été accueillis par des jets de pierres, d'oeufs et de clémentines. Il n'y a eu ni blessé ni interpellation, et «tout le monde s'est dispersé vers 10h45», selon la police.

Un militant du Réseau éducation sans frontières (RESF), Philippe Roederer, a indiqué que «les policiers ont chargé et quelques élèves et pions, qui ne participaient même pas à la manifestation, ont été bousculés».

Frères et sœurs en situation régulière

Walid Jedid, élève de première année de CAP, est arrivé en France il y a deux ans, selon RESF. Il a été arrêté le 9 janvier devant son domicile. L'un de ses frères aînés a affirmé que le jeune homme a cinq frères et soeurs, âgés de 12 à 33 ans, en situation régulière en France. Le père, titulaire d'une carte de séjour de dix ans, serait arrivé en 1968, tandis que leur mère est restée en Tunisie.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé