VIDEO. 24 Heures du Mans: Le retour de l'écurie parisienne Graff après 24 ans d'absence

SPORT Deux voitures du Team Graff participent aux 24 Heures du Mans les 17 et 18 juin 2017 dans la Sarthe...

Camille Anger

— 

L'écurie parisienne Graff participe aux 24 Heures du Mans 2017 pour la première fois depuis 1993.

L'écurie parisienne Graff participe aux 24 Heures du Mans 2017 pour la première fois depuis 1993. — phauto-sport.com / Olivier Lalanne

  • Graff Racing engage deux trios de pilotes, l'un d'eux est un novice au Mans
  • Le déplacement et montage  des deux voitures, des « Le Mans Prototype 2 », coûtent 200.000 à 300.000 euros.

Leur équipe emprunte un nouveau virage. Depuis 2013, les coureurs automobiles du Team Graff se positionnent sur l’endurance. Ils reviennent sur une des plus grandes courses automobiles au monde :  les 24 Heures du Mans. L’écurie de Morangis (Essonne) réalise ainsi son come-back dans la Sarthe après 24 années d’absence, les 17 et 18 juin 2017

Une écurie basée dans l’Essonne.  L’équipe du Graff est installée à Morangis depuis six ans. Cette écurie née en 1982, auparavant basée à Chinon (Indre-et-Loire), détient 29 titres dont ceux de champion de France en Formule 3 et Formule Ford. Leur déménagement a été décidé pour se rapprocher de la société de carrosserie industrielle d’Eric Trouillet, lui-même pilote et partenaire. « Cela nous apporte des avantages logistiques, notamment pour le partage des locaux », explique Julien Montlahuc, chargé de communication du Team Graff.

Le nom de l’équipe automobile a été choisi par les fondateurs de l’écurie, Jean-Philippe Grand et François Fayman. Il emprunte les trois premières lettres du patronyme de l’un et les initiales de l’autre, d’où Graff. « L’équipe s’est spécialisée dans la conduite de monoplace avant de s’adonner aux courses d’endurance », détaille Julien Montlahuc. Le programme 100 % endurance s’élève à environ 2 millions d’euros, hors coût d’investissement humain.

Au volant d’une LMP2. Les bons résultats en  European Le Mans Series (ELMS) notamment propulse l’équipe automobile Graff aux  24 Heures du Mans. « En 2016, Graff Racing a remporté le titre de vice-champion ELMS en catégorie Le Mans Prototype 3 (LMP3) », rappelle le chargé de communication. Un de leur pilote a obtenu samedi  la pole position à l’épreuve de Monza (Italie). A cette occasion, il a testé la voiture qui leur servira pour les 24 Heures du Mans. « Par rapport à la LMP3, la LMP2 n’a rien à voir et franchement c’est une voiture de folie, les vitesses en courbes sont incroyables et il n’y a rien à dire de plus ! », a confié Enzo Guibert au site Internet  European Le Mans Series. Aux couleurs bleu, blanc et rouge et avec les numéros 39 et 40, les deux LMP2 Oreca 07 du Team Graff vont parcourir le circuit de la Sarthe à la mi-juin. Le déplacement et le montage de chacun de ces prototypes coûtent 200.000 à 300.000 euros. Le 4 juin, des essais libres sont prévus sur le circuit. « L’équipe pourra préparer la mécanique et les réglages des voitures à cette occasion. »

Pilotes expérimentés et novices. L’écurie Graff a participé 11 fois aux 24 Heures du Mans entre 1980 et 1993. Six pilotes – Français, Anglais, Australien – composent l’équipe aux 24 Heures du Mans. Parmi eux, un seul membre de l’équipe n’a pas encore roulé sur le circuit. « Mais James Allen s’entraîne sur simulateur », annonce Julien Montlahuc. Tous les membres sont professionnels. L’un d’eux est « un gentleman driver, l’un des meilleurs d’Europe. Carossier, la semaine, Eric Trouillet pilote le week-end », détaille Julien Montlahuc. « Très peu de pilotes français ont réalisé cette course des 24 Heures du Mans », déplore-t-il. L’écurie Graff s’appuie sur l’expérience des courses mancelles de James Winslow et de Richard Bradley qui a terminé 9e en 2015. L’écurie parisienne s’investit aussi dans la formation de pilotes français.

La relève assurée et des ambitions annoncées. Le fils d’Eric Trouillet, Adrien, fait partie des jeunes formés par le Team Graff. Agé de 22 ans, il empruntera le circuit sarthois, pour la course d’ouverture des 24 Heures intitulée « Road to Le Mans ». L’écurie garde bon espoir du duo qu’il pourra composer avec son père.

Et l’ambition de Graff Racing est de participer au championnat du monde d’endurance (WEC) en 2018. « Tout du moins prendre part à quelques manches, déjà pour se confronter aux autres », précise Julien Montlahuc. Dans ce cas, les voitures ne seraient pas transportées par les semi-remorques de l’entreprise Trouillet  mais en « flight case, des caisses en bois transportées par avion », poursuit-il.