Paris: Les inspecteurs de sécurité de la ville de Paris bientôt armés?

SECURITE Le groupe Les Républicains déposera au Conseil de Paris qui débute ce mardi, un vœu pour armer les inspecteurs de sécurité de la ville…

Romain Lescurieux

— 

La DPSP ce mercredi dans le 20e

La DPSP ce mercredi dans le 20e — R.LESCURIEUX

  • Plus de 1.000 agents municipaux sont chargés de combattre les « incivilités » du quotidien
  • Actuellement, ils disposent de tonfas et de bombes lacrymogènes

« L’attaque des Champs-Élysées a montré que chaque agent en uniforme est une cible », s’exclame Nathalie Kosciusko-Morizet, présidente du groupe LR au Conseil de Paris. Face à ce constat, sa formation politique souhaite faire évoluer l’armement des inspecteurs de sécurité de la ville de Paris (ISVP), et déposera un vœu dans ce sens au Conseil de Paris qui débute ce mardi.

« Formés et équipés d’un armement létal »

Le 21 avril dernier, une centaine d’inspecteurs de sécurité, en grève, s’étaient rassemblés sur le parvis de l’hôtel de ville pour réclamer une « évolution de leur armement ».A l’appel de la CFTC et de l’UCP (Union des cadres de Paris), ce mouvement avait pour but de réclamer « au moins dans un premier temps un armement non létal » pour les plus de 1.000 agents municipaux chargés de combattre les « incivilités » du quotidien. Actuellement ils sont équipés d’un tonfa et d’une bombe lacrymogène « lorsque les terroristes sont équipés d’arme de guerre », notent Les Républicains.

>> A lire aussi: La brigade anti-incivilités entre en scène dans le 20e arrondissement

Favorable depuis plusieurs années à une « police municipale armée », NKM se ressaisit du dossier de la sécurité et demande que les inspecteurs de sécurité puissent « sans distinction porter un gilet pare-balles tactique », que « la totalité des ISVP bénéficie d’un armement non létal, de type lanceur de balle de défense (LBD) ou pistolet à impulsion électrique ». Enfin, le groupe LR dans son vœu souhaite que les ISVP « volontaires soient formés et équipés d’un armement létal ». Certaines formations politiques restent opposées à cette évolution.

« Ce serait une montée en grade inquiétante », réagit David Belliard, co-président du groupe écologiste de Paris (GEP). Du côté, de l’exécutif municipal, on ne commente pas ce vœu mais on rappelle le travail en cours sur la question.

« Nous ne sommes pas fermés »

« Nous ne sommes pas fermés à la question du renforcement de l’armement pour améliorer la mission des agents », rappelle-t-on à l’hôtel de ville. Après le mouvement de grève des agents, une délégation des agents a été reçue au cabinet de la maire. Un administrateur a été missionné pour étudier rapidement les conditions d’éventuelles dotations d’armes, létales ou non létales.

« Nous allons travailler avec les agents pour évaluer les besoins au regard de leurs missions. Nous voulons qu’ils fassent leur travail dans les meilleures conditions », avait alors indiqué à l’AFP Colombe Brossel, adjointe à la sécurité de la maire de Paris Anne Hidalgo, en rappelant que les agents avaient déjà été dotés de gilets pare-balles par exemple.