Saad Lamjarred est remis en liberté sous bracelet électronique (Illustration). / AFP PHOTO / FETHI BELAID
Saad Lamjarred est remis en liberté sous bracelet électronique (Illustration). / AFP PHOTO / FETHI BELAID - AFP

Star de la pop au Maroc, l’homme a été mis en examen fin octobre à Paris pour « viol aggravé ». Jeudi, la justice française a ordonné la remise en liberté de Saad Lamjarred, sous bracelet électronique, relate l’AFP.

Une arrestation suivie sur les réseaux sociaux

A la veille du concert qu’il devait donner à Paris, fin octobre, une femme de 20 ans avait porté plainte affirmant avoir été agressée quelques heures plus tôt par le chanteur dans la chambre d’hôtel de ce dernier. Son récit était considéré comme « crédible » par les enquêteurs, selon une source proche de l’enquête. Saad Lamjarred avait consommé de l’alcool et des stupéfiants au moment des faits présumés, selon la même source.

>> A lire aussi : Le chanteur marocain Saad Lamjarred mis à examen à Paris pour «viol aggravé»

Une confrontation a eu lieu entre la plaignante et le chanteur, qui conteste l’accusation, a indiqué Me Dupond-Moretti, avocat du chanteur marocain. Soupçonné d’avoir agressé le 26 octobre dans la capitale française une jeune femme de 20 ans, la star âgée de 32 ans a été mise en examen et écrouée, deux jours plus tard à Paris, pour « viol aggravé » et « violences volontaires aggravées ». Incarcéré, le suspect avait rapidement déposé une première demande de mise en liberté mais la cour d’appel avait confirmé le 7 novembre son placement en détention provisoire.

L’arrestation à Paris du chanteur, dont les clips ont été visionnés des centaines de millions de fois sur Internet, avait fait les gros titres de la presse au Maroc et mis en émoi les réseaux sociaux.

« C’est un profond soulagement pour tous »

Jeudi, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a ordonné la remise en liberté de Saad Lamjared, ont annoncé à l’AFP ses avocats Jean-Marc Fedida et Eric Dupond-Moretti. « C’est un profond soulagement pour tous », ont-ils réagi. Le chanteur est soumis à un contrôle judiciaire qui prévoit son assignation à résidence avec placement sous bracelet électronique, a précisé une source proche du dossier.

Lors de l’audience qui s’est tenue jeudi, les magistrats ont confirmé une ordonnance de mise en liberté rendue par le juge d’instruction mais qu’avait contesté le parquet de Paris, a expliqué cette source. Cette organisation a fait appel de la remise en liberté du chanteur. Une prochaine audience doit se tenir à la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris mardi, a indiqué une source proche du dossier.

De précédentes accusations

Le chanteur a été entendu le 14 février par des enquêteurs de la police judiciaire dans une autre affaire d’agression sexuelle présumée. Une enquête préliminaire a été ouverte il y a quelques mois par le parquet de Paris à suite d’une plainte d’une jeune femme de 28 ans assurant avoir été abusée et frappée par le chanteur lors de vacances à Casablanca en 2015, selon une source proche de l’enquête. Le chanteur a déjà été mis en cause aux États-Unis dans une affaire de viol datant de 2010, dans laquelle il nie toute implication.

Mots-clés :