Adolescente séquestrée à Savigny-le-Temple: La piste d'un réseau de prostitution privilégiée

FAIT DIVERS Les policiers ont libéré dimanche soir à Savigny-le-Temple, une adolescente se disant séquestrée et forcée à se prostituer…

Caroline Politi

— 

Illustration d'une adolescente en détresse.

Illustration d'une adolescente en détresse. — BARKLIE/REX FEATURES/SIpa

« L’enquête s’oriente désormais vers un réseau de prostitution ». Deux jours après l’intervention du Raid dans un appartement de Savigny-le-Temple, en Seine-et-Marne, pour libérer une adolescente de 16 ans se disant séquestrée et forcée de se prostituer, les auditions se poursuivent ce mardi.

>> A lire aussi : Une adolescente séquestrée alerte sa mère par textos et est sauvée par le Raid à Savigny-le-Temple

Longuement entendue lundi par les enquêteurs, la jeune fille aurait confié s’être rendue de son propre chef dans cet appartement, situé dans un quartier plutôt calme de la ville, indique une source proche du dossier. Elle serait arrivée « environ une semaine avant l’intervention du Raid » après avoir été en contact avec ces individus via les réseaux sociaux, notamment Snapchat. A-t-elle été piégée et forcée de se prostituer ? « L’un des enjeux de l’enquête sera de déterminer à quel moment s’est exercée la contrainte et s’il y a eu viol », précise une source judiciaire. Dans tous les cas, même si elle a un temps accepté de le faire avant de changer d'avis, ses souteneurs peuvent être poursuivis pour proxénétisme aggravé, du fait qu'elle soit mineure. Un délit passible de dix ans de prison. Une information judiciaire devrait être rapidement ouverte.

Série de textos alarmants

L’adolescente, âgée de 16 ans, avait assuré à ses parents qu’elle se rendait chez son petit ami à Toulon. Sans nouvelle d’elle depuis une semaine, ces derniers, qui vivent séparés, ne s’étaient pas particulièrement inquiétés : ils ont décrit leur fille comme particulièrement indépendante. Elle aurait également fait plusieurs fugues, note une source proche de l’enquête. Mais dimanche matin, la mère de l’adolescente se présente au commissariat de Besançon, d’où elle est originaire, assurant avoir reçu des textos alarmants. Sa fille lui confie être contrainte de se prostituer sous la menace d’hommes armés. Elle parvient à lui envoyer l’adresse de l’appartement avant que son portable ne soit éteint.

Interrogé dimanche par les enquêteurs, le petit ami a confirmé être sans nouvelle depuis une semaine et avoir reçu dimanche matin des messages sur le réseau social Snapchat tout aussi inquiétants. Une équipe de policiers en civil est immédiatement dépêchée sur les lieux pour faire les premiers repérages, son portable géolocalisé. « On a rapidement eu la confirmation qu’elle était à Savigny-le-Temple alors qu’elle n’avait rien à y faire », indique le commissaire Claude Mazerolle, chef du commissariat de Moissy-Cramayel, dont dépend Savigny-le-Temple. L’assaut a été donné par le Raid à 19h20.

>> A lire aussi: Un réseau de proxénétisme ultra violent démantelé dans l'Hérault

Quatre interpellations

Quatre agresseurs présumés, trois hommes âgés de 23, 24 et 25 ans et une femme – une Brésilienne de 19 ans – ont été arrêtés après avoir tenté de prendre la fuite par le jardin. Au moins l’un d’entre eux est très défavorablement connu des services de police. Une arme de poing – un pistolet automatique de calibre 7.65 – est découverte dans la cuisine. L’enquête, confiée à la Sûreté départementale de Seine-et-Marne, se poursuit pour tenter de mettre en lumière d’éventuelles complicités ainsi que les pratiques de ce qui s’apparente à un réseau.