Le sable de Paris Plages livré par voie fluviale
Le sable de Paris Plages livré par voie fluviale - R.LESCURIEUX

Sous les pavés, la plage. Sous la plage, les polémiques. Chaque été, depuis une quinzaine d’années, à l’occasion de l’opération Paris-Plages, les Parisiens et touristes se délectent au bord de la Seine, d’un sable « très fin, très propre, avec une certaine blancheur »,expliquait en 2015 son fournisseur : la société de construction Lafarge.

>> A lire aussi : D’où vient le sable de Paris Plages?

Mais depuis quelque temps, ces milliers de tonnes de sable « 100 % normand » achetés des millions d’euros sont devenus de plus en plus gênants politiquement et diplomatiquement. Et ce, à la Mairie de Paris - déjà visée par une information judiciaire  pour des soupçons de favoritisme en marge de l’événement - comme au plus haut sommet de l’Etat.

>> A lire aussi : La justice enquête sur le financement des éditions Paris Plages 2012 et 2013

« Nous avons décidé de ne pas reconduire ce partenariat »

A la suite des révélations du journal Le Monde en juin 2016, Lafarge a reconnu en mars 2017 avoir conclu des « arrangements » avec des groupes armés - notamment et indirectement avec l’État Islamique - pour maintenir l’activité d’une cimenterie en Syrie, entre 2013 et 2014. Puis, quelques jours plus tard, ce leader mondial du matériel de construction s’est positionné pour construire le mur « anti-clandestins » voulu par  Donald Trump entre le Mexique et les Etats-Unis.

« Nous sommes prêts à fournir nos matériaux de construction pour tous types de projets d’infrastructures aux Etats-Unis (…) Nous sommes ici pour servir nos clients et répondre à leurs besoins. Nous ne sommes pas une organisation politique », déclarait alors, Eric Olsen, le patron du géant du ciment, mis en garde dans la foulée par le président de la République, François Hollande, avant de se raviser.

>> A lire aussi : Le construction du mur de Trump? Hollande appelle Lafarge à la «prudence»

Face aux prises de positions controversées du groupe, la Mairie de Paris a décidé de mettre définitivement un terme à son partenariat « historique » avec le cimentier franco-suisse, a-t-on appris ce mardi. « Il y a quelques mois, en voyant que les soupçons sur leur activité en Syrie  étaient confirmés, nous avons décidé de ne pas reconduire ce partenariat. Car nous ne voulons pas être associés à cela et l’affaire du mur n’a fait que confirmer cette position », indique-t-on à l’hôtel de ville.

La fin du sable à Paris Plages

Si le groupe Lafarge, sollicité par 20 Minutes, ne confirme pas « cette décision de non-reconduction », la mairie a toutefois déjà réfléchi à l’avenir de son célèbre événement estival, sans l’entreprise.

Selon cette même source à la mairie contactée par 20 Minutes, « il n’y aura plus de sable » sur les berges de Seine à l’occasion de Paris Plages. « Cette année, nous allons par exemple profiter de l’ouverture du Parc des Rives de Seine pour proposer aux Parisiens des espaces végétalisés, de nombreuses activités sur une durée plus longue ». Les élus qui se battaient pour la fin de ce partenariat, s’en réjouissent d’ores et déjà.

>> A lire aussi : Piétonnisation des berges à Paris: Et maintenant?

« Nous nous félicitons de cette décision »

Danielle Simonnet, conseillère de Paris et coordinatrice du Parti de Gauche, a fait de ce sable l’un de ses chevaux de bataille. « Le sable que nous allons mettre sur les plages porte du sang. On ne peut pas cautionner ça », explique-elle, en juillet 2016, lors d’un Conseil de Paris, tout en appelant au boycott. En septembre, elle revient avec son dossier et demande à Anne Hidalgo de « réfléchir à l’abandon de l’utilisation du sable dans le cadre de l’opération Paris-Plages ». Un vœu adopté et désormais effectif. « C’est une bonne chose pour cette bataille menée seule », rappelle-elle. Le groupe écologiste au conseil de Paris aussi se félicite.

>> A lire aussi : Danielle Simonnet boycotte le sable de Lafarge qui a collaboré avec Daesh

« Nous sommes très contents. Nous nous félicitons de cette décision car c’est ce que l’on demandait. Ce partenariat n’était plus tenable », affirme Anne Souyris, coprésidente du groupe écologiste de Paris. Elle espère désormais que cette affaire fasse « jurisprudence ». Selon elle, « il faut que ça serve d’exemple pour de prochains partenariats entre la ville et des entreprises en termes d’éthique environnementale et sociale. »

Mots-clés :