Seine-et-Marne: Ces bénévoles vont nettoyer 1.000 km de route en une journée!

ENVIRONNEMENT Plus de 700 bénévoles ont prévu de nettoyer 1.000 kilomètres de route ce samedi en Seine-et-Marne. L’an dernier, lors de la même opération, ils avaient récolté 15 tonnes de déchets…

Romain Lescurieux

— 

Un journée de test a été réalisée pour préparer au mieux le Défi environnement 77 organisé par Jean-Mary Guerraud et le Lions club.

Un journée de test a été réalisée pour préparer au mieux le Défi environnement 77 organisé par Jean-Mary Guerraud et le Lions club. — Mika Lenormand

Équipés de gants, de sacs et de gilets fluo, plus de 700 bénévoles vont nettoyer ce samedi, comme l’an dernier à la même époque, le bord des routes départementales de Seine-et-Marne. Et les codes n’ont pas changé. Nom de l’opération :« Défi 77 pour l’environnement ». Objectif : Passer au peigne fin et rendre « vivable, propre et accueillant » 1.000 kilomètres d’accotement.

Douze mois plus tard, ils sont de retour sur zone. Soit un échec aux accents de défi pour l’organisateur de l’événement et président du Lions Club, Jean-Mary Guerraud.

15 tonnes de déchets récoltés en 2016

« Je crains que cette opération ne cesse de se répéter », déplore auprès de 20 Minutes, cet expert géomètre à la retraite âgé de 64 ans. « Il faut faire cesser les incivilités, que les gens arrêtent de jeter leurs déchets aux abords des routes. Ce n’est pourtant pas un gros effort mais pour le moment, je n’ai trouvé que cette action pour y faire face », poursuit celui, qui a eu le « déclic » en 2015 en découvrant l’histoire d’un jeune couple, qui venait de parcourir près de 700 km entre Avignon et la COP21, à Paris, en ramassant des déchets pendant leur périple. Un geste qui semble loin d’être entré dans les mœurs.

Du plastique, des canettes, des bouteilles, du polystyrène… Les bénévoles ramassent de tout. « L’an dernier, nous n’avons pas pu faire les 1.000 kilomètres tellement il y avait d’ordures. Nous avons récolté 15 tonnes de déchets. », s’exclame Jean-Mary Guerraud, habitant de Meaux depuis une trentaine d’années. « A mon avis, ce sera autant cette année », déplore-t-il. Mais à aucun moment il ne désespère.

Vers une extension du projet ?

A terme, Jean-Mary Guerraud espère étendre son projet un peu fou dans d’autres départements (Essonne, Yvelines et Val-d’Oise) pour interpeller « la société et les politiques ». Il faut « une dissuasion plus forte », « des sanctions », estime-t-il. Avec notamment « des amendes plus élevées », pour faire passer l’envie aux automobilistes de jeter leurs déchets par la fenêtre de leur véhicule.

« La saleté entraîne la saleté. Alors, plus que jamais, chacun doit se mobiliser et mobiliser autour de lui. Parce que la nature met des décennies à digérer les détritus et parce que nous ne voulons pas laisser à nos enfants et petits-enfants un héritage qu’ils ne pourront pas refuser », rappelle-t-il dans son appel participatif.