Créteil: Un lycéen assène un violent coup de tête à son proviseur

SOCIETE Le lycéen, élève en Terminale STMG, perturbait le cours et refusait de sortir de la salle de classe...

C.P. avec AFP

— 

Un élève du Lycée Saint-Exupéry a donné un violent coup de tête à son proviseur (Illustration).

Un élève du Lycée Saint-Exupéry a donné un violent coup de tête à son proviseur (Illustration). — Google Maps

Le proviseur d’un lycée de Créteil dans le Val-de-Marne a été hospitalisé ce mardi après avoir été victime d’un violent coup de tête. Il souffre d’une blessure au nez, probablement une « fracture », indique une source policière. L’agresseur, élève en Terminale STMG, a été placé en garde à vue dans la matinée.

>> A lire aussi: Une CPE visée par des jets de pierre, ses collègues font valoir leur droit de retrait

L’élève « perturbait le cours »

Les faits se sont déroulés vers 9 heures au lycée Saint-Exupéry. Le lycéen, âgé de 19 ans, « perturbait le cours et refusait de sortir de la classe », comme le lui avait ordonné son professeur, indique-t-on au rectorat. Son conseiller d’éducation, appelé en renfort, ne parvient pas non plus à le raisonner. Le proviseur est alors intervenu. C’est à ce moment-là, que l’élève lui aurait asséné un violent coup au niveau du visage. Une équipe mobile de sécurité est immédiatement intervenue et le proviseur a été pris en charge par les pompiers avant d’être transféré.

Une cellule médico-psychologique a été activée. « Il ne se passe plus une semaine sans qu’un collègue personnel de direction ne soit agressé dans l’exercice de ses fonctions », a déploré dans un communiqué le syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN), apportant « tout son soutien » au proviseur.

Le 7 mars, la principale d’un collège de Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) avait déjà été hospitalisée pour des points de suture, après avoir reçu des coups de poing d’un élève. Ce dernier, âgé de 13 ans, puni pour ne pas avoir retiré sa capuche en classe, avait refusé d’effectuer une heure de retenue.

L’enquête a été confiée au commissariat de Créteil.