Usine PSA Poissy dans les Yvelines. (Archives)
Usine PSA Poissy dans les Yvelines. (Archives) - V. WARTNER / 20 MINUTES

« Un emploi sur deux impacté par l’automatisation », « 21 % de la population active en télétravail »… L’emploi en Ile-de-France va connaître de profondes transformations et transitions d’ici 2025 dans la région. C’est le constat établi par l’étude « L’économie francilienne en 2025 : ruptures à venir et leviers d’action » réalisée par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France. 20 Minutes a eu accès à celle-ci  et vous révèle les prochains défis à relever pour l’emploi.

Automatisation et production verte

L’étude évalue la destruction de « centaines de milliers de postes » en raison de l’automatisation d’ici à 2025. Celle-ci va non seulement toucher les activités industrielles ou de manutention mais aussi celles des services. Les emplois qui seront en première ligne pour disparaître sont « les métiers pénibles notamment agents d’entretien, caissiers, conducteurs, etc., détaille Carine Camors, économiste qui a participé et corédigé l’étude. L’enjeu sera la capacité d’adaptation. Car un emploi sur deux va évoluer. » Le rôle des pouvoirs publics est donc « d’anticiper afin d’aider les travailleurs à se former à de nouvelles tâches », poursuit-elle.

Les 10 mutations structurantes pour l'Ile-de-France en 2025.
Les 10 mutations structurantes pour l'Ile-de-France en 2025. - 123rf / Iemery / IAU IdF

Si des emplois vont disparaître en Ile-de-France avec l’automatisation, d’autres vont se créer avec une production plus verte. Celle-ci est consécutive de « la montée des menaces climatiques, d’une production plus sobre en énergie, avance Carine Camors. Cela représente un vrai potentiel de création d’emplois : une centaine de milliers. » On en trouve notamment dans la transition énergétique : la rénovation thermique du bâti, les énergies renouvelables (biomasse, géothermie…), les smart grids (réseaux électriques intelligents).

De nouveaux lieux de travail

Sur les cinq prochaines années, le nombre de tiers lieux – coworking, fab labs, pépinières, incubateurs… – va doubler en Ile-de-France selon l’étude passant de 560 à 1.000. Avec sa start-up  Hopfab.com – qui met en relation des clients avec des artisans pour fabriquer des meubles à la demande –, Géraldine Bal a fréquenté un accélérateur, un incubateur et un espace de coworking. Dans ce dernier lieu, Hopfab.com dispose d’un bureau avec six postes. « On formalise, c’est la première pierre qui nous fait dire "On est une boîte" », note la cofondatrice de la start-up. Dans l’incubateur et l’accélérateur fréquentés, la start-up a eu « à disposition des experts, du mentorat que l’on peut solliciter ponctuellement ou régulièrement. C’est un avantage énorme. Ça permet une prise de recul. »

La start-up Hop Fab met en relations clients et artisans (ici l'Atelier Monsieur Madame) pour la fabrication de meubles design à la demande.
La start-up Hop Fab met en relations clients et artisans (ici l'Atelier Monsieur Madame) pour la fabrication de meubles design à la demande. - Atelier Monsieur Madame

Autre avantage, la « proximité d’autres boîtes », ce qui permet des échanges, des discussions. « Quand on crée une start-up, on passe par de nombreux ascenseurs émotionnels : on est bloqué, le process ne marche pas bien… Les autres boîtes peuvent être un soutien moral dans les étapes difficiles. » Carine Camors souligne « une explosion des indépendants aujourd’hui, ce sont eux qui créent la dynamique en Ile-de-France, notamment les nouveaux métiers du digital : data scientist, traitement du big data, traffic manager, UX designer [expérience utilisateur] ».

>> A lire aussi: Mon premier bureau, du coworking solidaire pour les créateurs de start-up sans le sous

Le filon de la silver economy

En 2025, un quart de la population francilienne aura plus de 60 ans, relève l’étude qui juge « considérable » le potentiel de la silver economy. Carine Camors voit différents axes où des emplois peuvent être créés pour répondre aux besoins des seniors : « les services d’aide à la personne – coiffeur à domicile, médecin, ambulancier… –, l’alimentation avec la préparation et la livraison de repas, le bâtiment via l’adaptation des logements à la mobilité réduite ou l’élaboration de systèmes domotiques, numériques pour les personnes âgées et leur maintien à domicile ».

>> A lire aussi: Cinq métiers pleins d'avenir avec la silver economy

L’étude montre que nous sommes à un moment charnière de l’évolution de l’emploi. Loin de tout faire disparaître l’automatisation provoque une mutation de l’emploi, qui persiste par la nécessaire complémentarité entre l’homme et la machine. Le potentiel de création est important en Ile-de-France où les besoins à couvrir sont énormes.

Mots-clés :