VIDEO. Sevran: Le patron du bar accusé d'être «interdit aux femmes» va porter plainte

SOCIETE Un reportage diffusé au JT de 20 heures de France 2, le 7 décembre dernier, avait déclenché une polémique…

R.L.

— 

La ville de Sevran en Seine Saint-Denis

La ville de Sevran en Seine Saint-Denis — PATRICK KOVARIK AFP

« Ça me ronge, ça me bouffe la vie, c’est impressionnant l’ampleur d’un truc qui n’a jamais été vérifié. C’est passé au 20h. Toute la campagne des primaires de gauche, on en a parlé, c’est très grave, personne n’est venu voir », explique ce lundi surFrance Bleu Paris, Amir Salhi, propriétaire depuis sept ans, du café de Sevran (Seine-Saint-Denis) le Jockey Club, décrit comme interdit aux femmes, dans un reportage diffusé le 7 décembre dernier sur France 2.

Plainte contre la chaîne

Ce vendredi, Amir Salhi a annoncé au Bondy Blog - qui a publié une contre-enquête détaillée - qu’il allait porter plainte contre la chaîne pour « diffamation et provocation à la haine raciale ».

Dans cet article, Hélène, une voisine, raconte s’y rendre « chaque jour ». « Ici, je discute, je bois mon café, j’achète mes jeux. Jamais on ne m’a mal parlé, jamais on ne m’a manqué de respect. Et je vous assure que si cela avait été le cas, je ne me serais jamais laissée faire et je sais aussi que ni le patron, ni les clients ne l’auraient accepté ».

« Ce qu’on a vécu, c’est une blessure »

Amir Salhi, affirme également avoir reçu des menaces. « Ce qu’on a vécu, c’est une blessure, une souffrance, parce que je suis, parce que nous sommes à des années-lumière de cette image qui a été donnée de nous, de moi. Ils ignorent le mal que cela fait », note celui qui veut rétablir « sa dignité et la vérité », relate France Bleu. De son côté, France 2 a indiqué « ne pas commenter le travail d’investigation des journalistes ».

Mots-clés :