Le Conseil de Paris va réattribuer le marché du mobilier publicitaire urbain au groupe JC Decaux (Illustration).
Le Conseil de Paris va réattribuer le marché du mobilier publicitaire urbain au groupe JC Decaux (Illustration). - G . VARELA / 20 MINUTES

Vous ne verrez bientôt plus de grands panneaux de publicité dans la capitale. Des modifications sont prévues par le géant de l’affichage publicitaire, JCDecaux, à Paris, rapporte l’AFP. Le marché des panneaux d’affichage, déjà détenu par ce groupe, sera réattribué fin mars mais cette fois dissocié du marché Velib', selon les informations de l’agence recueillies auprès de la mairie de Paris.

Somupi, filiale de JCDecaux est le seul candidat de ce marché de « mobilier urbain d’information » qui doit être entériné par vote du Conseil de Paris fin mars.

La fin des panneaux de 8 m2

D’une durée de cinq ans, il prévoit que le concessionnaire versera 53 % de ses recettes publicitaires à la ville, avec une redevance minimum garantie de 30 millions par an. Il concerne 1.630 panneaux publicitaires, dont l’installation débutera fin 2017.

Une des nouveautés du contrat, mise en avant par la mairie, est la disparition des 350 panneaux de 8 m2. Ils seront remplacés par des panneaux de 2 m2, ce qui permettra de « réduire de 40 % la surface des panneaux publicitaires présents dans les rues de la capitale ».

Les panneaux de JC Decaux seront plus petits, plus innovants, plus respectueux de l’environnement (31,4 % de consommation énergétique en moins) et conserveront l’équilibre 50-50 entre affichage publicitaire et municipal, selon la ville.

Par ailleurs, 15 % des panneaux seront composés d’écrans numériques connectés, avec un « volet service » : plan du quartier, direction et temps de parcours vers les sites remarquables à proximité, code QR pour renvoi vers un site ou un contenu au choix de la capitale, etc. Un modèle qui peut faire débat, en outre.

« Sans rupture par rapport à aujourd’hui, ces panneaux ont une dimension esthétique », a déclaré à l’AFP Jean-Louis Missika, adjoint à l’urbanisme de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, ajoutant que la fin des grands panneaux met fin à « une forme d’agressivité ».

À lire aussi: La chute d’un grand panneau publicitaire fait deux blessés graves à Paris

Les panneaux numériques vont par ailleurs « transformer sensiblement notre capacité à communiquer avec les Parisiens, permettant une information en temps réel », selon Jean-Louis Missika. Ces panneaux seront éteints entre 1h et 6h du matin pour lutter contre la pollution lumineuse.

Le concessionnaire s’engage par ailleurs à céder gracieusement le mobilier à la ville à l’issue des 5 ans.

Un appel d’offre distinct pour le Velib’

Le contrat actuel, qui était de 10 ans et 10 mois et se termine le 31 décembre, avait été associé au système de vélos en libre-service Velib'. Désormais étendu à la Métropole du Grand Paris, Velib' fait l’objet d’un appel d’offres distinct, qui devrait être attribué courant avril.

À lire aussi: La ville flouée par JC Decaux dans le contrat Vélib’ ?

Le précédent accord prévoyait une redevance de 4 millions d’euros mais JCDecaux prenait à sa charge le système Velib'.

Mots-clés :