Les Parisiens vont avoir une nouvelle poubelle, pour les biodéchets

ENVIRONNEMENT L’objectif est que toute la capitale soit ainsi équipée d’ici la fin de la mandature en 2020...

20 Minutes avec AFP

— 

Ces poubelles individuelles servent à recueillir les déchets organiques destinés au compost.

Ces poubelles individuelles servent à recueillir les déchets organiques destinés au compost. — CHAMUSSY / SIPA

Les Parisiens, du moins une partie d’entre eux pour commencer, vont avoir dans leur cuisine une nouvelle poubelle pour les biodéchets, une des mesures d’un « plan compost » voté lundi en Conseil de Paris dans le cadre d’un plan alimentation et agriculture durable.

Les habitants du 2e et du 12e arrondissement auront à leur disposition à partir de la fin juin un petit « bio-seau » dans lequel ils pourront jeter pelures de légumes, coquilles d’oeuf ou certains types de papiers comme l’ouate, à jeter ensuite dans une nouvelle poubelle collective à couvercle orange. L’objectif est que toute la capitale soit ainsi équipée d’ici la fin de la mandature en 2020.

« Il faut penser les déchets comme une ressource »

« Il s’agit de préserver nos ressources naturelles. Il faut penser les déchets comme une ressource et non plus comme un déchet qui finit à l’incération », a indiqué devant la presse Antoinette Guhl, adjointe EELV à l’économie sociale de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Le plan s’ordonne autour de plusieurs autres grands axes. Les points de compostage collectifs qui existent déjà dans des immeubles, des lieux associatifs, etc, vont être doublés à quelque 800.

La Ville offrira également au printemps un millier de « lombricomposteurs » individuels qui permettent de faire son propre compost.

Une trentaine de mesures

« En cinq ans, la ville de Milan a réussi à trier 50 % de ses déchets », a ajouté l’adjointe selon qui trier les biodéchets incite à mieux trier les autres. Les biodéchets représentent environ 18 % des ordures ménagères parisiennes. Sur l’ensemble des déchets, aujourd’hui, 80 % sont brûlés, 4 % enfouis et 16 % recyclés.

En parallèle, un accord a été signé avec des institutionnels et la ville de Gennevilliers pour étudier la création d’une usine de méthanisation, qui transforme les déchets en énergie.

Le plan compost fait partie d’une stratégie plus globale sur l’agriculture et l’alimentation durable dont une trentaine de mesures ont été votées lundi matin à l’unanimité : création de fermes urbaines, développement des jardins partagés, partenariats avec les agriculteurs locaux, création d’une école de la permaculture.

Le plan détaillé par Anne Hidalgo a pour but de « s’engager résolument pour une agriculture locale et la transformation à courte distance de produits franciliens », et de « garantir l’accès à une nourriture et des produits de qualité pour tous ».

Mots-clés :