Ile-de-France : A quoi ressemblera l'« X’Trapolis Cityduplex », le train du futur des RER D et E?

TRANSPORT Pour un montant record, la région Ile-de-France et la SNCF ont annoncé leur intention de commander 225 rames dernier cri pour les RER D et E. Avec deux promesses : plus de confort et plus de ponctualité…

Fabrice Pouliquen

— 

« X’Trapolis Cityduplex », construit par le consortium Alstom-Bombardier, équipera progressivement les lignes des RER D et E à partir de 2021.

« X’Trapolis Cityduplex », construit par le consortium Alstom-Bombardier, équipera progressivement les lignes des RER D et E à partir de 2021. — Image Alstom-Bombardier

Un méga contrat pour un train révolutionnaire ? Ce mercredi, Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et du Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) ne manquait pas de superlatifs pour qualifier « l’X’Trapolis Cityduplex », le nouveau train attendu sur le réseau francilien à compter de 2021.

>> A lire aussi : « 8 000 emplois pérennisés en France » grâce au contrat du RER du futur

Le 2 septembre dernier, le Francilien « nouvelle génération » fêtait son arrivée sur la ligne K reliant Paris à Crépy-en-Valois (Oise). Dans neuf mois, la ligne R, qui dessert le sud-est de l’Ile-de-France, accueillera aussi les premiers Regio 2N qui remplaceront, petit à petit, les fameux « petits gris ».

71 premières rames commandées pour le RER D

L’« X’Trapolis Cityduplex » est le troisième matériel sur lequel misent le Stif et la SNCF pour renouveler son parc ferroviaire francilien vieillissant. Ce mercredi, une commande d’une première tranche de 71 rames a été passée auprès du consortium Alstom-Bombardier qui en assurera la fabrication. Elles sont attendues pour 2021 sur la ligne saturée du  RER D, première à en profiter. « Initialement, ces trains nouvelle génération étaient destinés à la prolongation du RER E vers l’ouest [en 2022 jusqu’à Nanterre et en 2024 jusqu’à Mantes-La-Jolie], rappelle Valérie Pécresse. Mais il n’était pas juste, pour les usagers des lignes aujourd’hui sinistrées, de constater que le nouveau matériel équipait toujours les nouvelles lignes. »

Vidéoprotection, climatisation, système d’information à bord…

Au total, le Stif prévoit de commander en tout 255 rames : 125 pour le RER D, 130 pour le RER E. Montant du contrat : 3,75 milliards d’euros. C’est « le plus important jamais financé par le Stif », insiste la présidente de la région Ile-de-France.

A ce prix-là, Alstom-Bombardier promet un train dernier cri. « Ils offriront tout le conforme moderne, assure en tout cas Valérie Pécresse. Les rames seront munies de vidéoprotection, de comptage automatique des voyageurs, de climatisation, de système d’information à bord, d’une accessibilité améliorée pour les personnes à mobilité réduite… »

25 % de voyageurs en plus

Au-delà du confort des passagers, Guillaume Pépy, président de la SNCF, réfléchit aussi en termes de gain de ponctualité. « Lorsque nous mettons en service un matériel de cette qualité, après quelques semaines de rodage, nous pouvons en attendre cinq à sept points de régularité en plus, explique-t-il. C’est ce qui s’est produit depuis septembre sur la ligne K avec les nouveaux franciliens. »

L’« X’Trapolis Cityduplex » offre des garanties sur ce point. Il s’agit déjà d’un train à deux niveaux. Sur la ligne D, ces nouvelles rames feront 130 mètres de long et pourront transporter 1 861 voyageurs. Soit 25 % de plus qu’aujourd’hui. Sur la ligne E où le trafic est moindre, les rames ne feront que 112 mètres de long et pourront transporter 1 563 voyageurs. « Soit toutefois une augmentation de 15 % de la capacité de transport », note Guillaume Pépy.

Trois espaces de voyages distincts aménagés

De larges portes garantiront aussi une plus grande fluidité dans les entrées et sorties des passagers. L’« X’Trapolis Cityduplex » sera aussi un train entièrement « boa », c’est-à-dire entièrement ouvert, sans séparation entre les voitures.

Image Bombardier-Alstome
Image Bombardier-Alstome - Image Bombardier-Alstome

Trois espaces de voyages distincts y seront aménagés. Des zones plateforme, au niveau des portes, pour les trajets de cinq minutes. Les voyageurs y trouveront quelques strapontins mais il faudra pour l’essentiel s’y tenir debout. Les salles basses des rames ont été pensées pour les trajets inférieurs à 20 minutes. Elles disposent de places assises et d’écrans sur lesquels seront diffusées des informations en temps réel. Enfin, à l’étage, les salles hautes ont été conçues pour les trajets de 50 minutes ou plus. Les voyageurs au long cours pourront s’y détendre et transformer leur temps de voyage en temps utile. Faut-il encore que les voyageurs jouent le jeu.

Mots-clés :