Travail dominical : Le Printemps devrait s’y mettre à la fin du premier trimestre

COMMERCE Un accord a été trouvé entre la direction et les syndicats de cette chaîne de grands magasins détenue par des Qataris. Le Printemps-Haussman devrait ouvrir le dimanche à partir de la fin du premier semestre…

F.P.

— 

Le grand magasin Printemps, boulevard Haussmann à Paris.

Le grand magasin Printemps, boulevard Haussmann à Paris. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le Printemps ne fait plus figure d’exception. La direction et les syndicats de cette chaîne de grands magasins, propriétés d’un fonds d’investissement qatari, ont trouvé un accord sur le travail dominical, indique Le Parisien. Il s’agissait du dernier grand magasin à ne pas l’avoir fait encore, les enseignes BHV, Galeries Lafayette et Bon Marché ayant déjà trouvé des accords sur cette question.

A la fin du premier semestre 2017

Le 30 décembre dernier, les syndicats UNSA, la CGC et la CFDT ont signé l’accord. La CGT, elle, y est restée opposée. « L’accord sera mis en place à la fin du premier semestre 2017 », précise au Parisien un porte-parole de l’enseigne Printemps. Il s’appliquera au vaisseau amiral du groupe, situé boulevard Haussmann (9e) mais aussi aux magasins de Deauville, Marseille Terrasses du Port et Cagnes-sur-Mer, eux aussi classés dans une ZTI (zone touristique internationale).

>> A lire aussi : Travail le dimanche, les trois questions essentielles qui mobilisent les députés

Le travail dominical se fera sur la base du volontariat. Les salariés travaillant occasionnellement le dimanche en supplément de leur temps de travail pourront réaliser jusqu’à 12 dimanches maximum par an. Ils bénéficieront par dimanche travaillé de 100 % de majoration du salaire, d’un repos compensateur en raison du travail accompli sur un jour non travaillé et de 60 euros d’aide à la garde d’enfants, détaille le porte-parole de l’enseigne.

Les salariés dont le dimanche est habituellement planifié comme un jour de travail bénéficieront des mêmes avantages à l’exception du repos compensateur et du plafond des douze dimanches.