L'arc de Triomphe vu depuis la Tour Montparnasse, un jour de pollution aux particules fines à Paris, le 29 décembre 2016.
L'arc de Triomphe vu depuis la Tour Montparnasse, un jour de pollution aux particules fines à Paris, le 29 décembre 2016. - LIONEL BONAVENTURE / AFP

Parmi nos bonnes résolutions pour 2017, on espère ne plus parler de pollution (on ne tiendra pas plus de 15 jours, hélas). Toutefois, la bonne nouvelle de ce dernier jour de 2016 est la fin de l’épisode de pollution aux particules fines en Ile-de-France. Il devrait ce s’achever samedi grâce à une amélioration des conditions météorologiques, a indiqué vendredi Airparif, l’organisme chargé de la surveillance de la qualité de l’air.

Mesures de circulation contraignantes prises vendredi

Airparif prévoit pour samedi une concentration de particules fines inférieure au premier seuil, le « seuil d’information » du public, fixé à 50 microgrammes par mètre cube. L’organisme a aussi revu à la baisse sa prévision pour ce vendredi. Il prévoit un dépassement du « seuil d’information », avec 50 à 70 µg/m3, et non plus du « seuil d’alerte » (80 µg/m3).

>> A lire aussi: Quels sont les effets des pics de pollution sur la santé?

Le seuil d’information avait déjà été dépassé jeudi. Pour limiter la pollution, la préfecture de police de Paris a imposé vendredi des mesures contraignantes, notamment des limitations de vitesse, mais pas la circulation alternée réclamée par la maire de Paris Anne Hidalgo.

Selon la Fédération des associations de surveillance de la qualité de l’air, hors Ile-de-France, la pollution aux particules fines devait dépasser vendredi le seuil d’information dans 19 départements, notamment dans l’ouest du pays.

Mots-clés :