Le meilleur bartender au monde… est une femme et elle est parisienne

COKTAILS Jennifer Le Nechet vient de décrocher à Miami le Diageo World Class, prestigieux concours qui sacre le meilleur spécialiste des cocktails au monde. Jolie victoire pour celle qui officie au Café Moderne dans le 11e arrondissement...

Fabrice Pouliquen

— 

Jennifer Le Nechet en pleine épreuve du Diageo World Class à Miami. Lancer le diaporama

Jennifer Le Nechet en pleine épreuve du Diageo World Class à Miami. — Photo Diageo World Class

Championne du monde des bartender ! On ne s’en rend pas bien compte en le disant, mais Jennifer Le Nechet a réussi un double exploit en montant, fin septembre, sur la plus haute marche du Diageo World Class à Miami. Le concours, qui sacre le meilleur employé de bar au monde, n’avait jamais été remporté par un Français. Jamais non plus pour une femme.

Jennifer Le Nechet, 29 ans, a fait coup double et peine depuis à descendre de son nuage, derrière le comptoir duCafé Moderne (11e) où elle a repris sa place. « La préparation a été tellement intensive que c’est aujourd’hui bizarre d’arriver au travail sans avoir à répéter mes textes. »

Un concours marathon

Répéter des textes ? C’est qu’un barmaid n’est pas noté que sur le goût de ses cocktails. « C’est le critère primordial, explique Jennifer Le Nechet. Mais il faut aussi savoir créer des univers, rattacher des histoires aux cocktails, soigner la gestuelle… »

Jennifer Le Nechet, championne du monde des bartender!
Jennifer Le Nechet, championne du monde des bartender! - Photo Diageo World Class

Pour mesurer les candidats sur tous ces critères, le Diageo World Class met au point chaque année un véritable concours-marathon. Jennifer l’a commencé en France fin mai avec les sélections nationales. A la clé, une seule place sur le vol pour Miami. Elle sera pour la Parisienne qui retrouve là-bas 57 autres candidats issus d’autant de pays. Les choses sérieuses commencent. En tout, Jennifer aura à s’extirper de trois grands rounds comprenant chacun plusieurs challenges tous construits sur le même principe : sortir un cocktail avec des contraintes et dans un temps imparti.

« La pool party nous demandait par exemple de créer deux cocktails et un punch en s’appuyant sur la personnalité d’un couple de people dont on découvrait l’identité en début d’épreuve », illustre Jennifer. Il y avait aussi « Split challenge », un concours de rapidité pour lequel il fallait sortir un maximum de cocktail en dix minutes. Jennifer en fera douze.

Rhum, bénédictine, cola maison et jus de citron vert

les épreuves passent et le nombre de candidats tombe à douze puis à sept pour la grande finale. « Là, on avait 24 heures pour monter un bar éphémère, avec à la carte deux cocktails et un punch de son invention », poursuit Jennifer Le Nechet. La barmaid partira sur une ambiance « western futuriste ». Un peu dans la veine de Wild Wild West. Et côté saveur, elle associera du rhum, de la bénédictine (une liqueur française), du cola maison et un jus de citron vert, pour son punch servi dans une grosse mappemonde. Ou encore du vermouth, du cream sherry (un vin espagnol), un jus de citron vert, du sirop de fraise et même du poivre timut (venu du Népal) pour l’un de ses cocktails.

>> A lire aussi: A Paris, le Harry’s Bar réussit à (presque toujours) prédire le bon président américain

Tout cela ressemble d’une certaine façon à Top Chef et autres émissions de télé-réalité dont M6 s’est fait la spécialité. Jennifer Le Nechet ne les regarde pas trop, mais aime bien la comparaison avec la cuisine. « C’est la même philosophie, la même recherche dans le mélange des saveurs, raconte la barmaid. C’est juste que je suis spécialisée dans les liquides. »

Titulaire d’une licence de littérature

Drôle de trajectoire d’ailleurs pour la Parisienne, titulaire d’une licence de littérature et de civilisation hispaniques et latino-américaines. « Mais je ne savais pas trop ce que j’en ferai », sourit-elle. Entre-temps, elle travaille dans des brasseries parisiennes. D’abord en tant que serveuse puis très vite derrière le bar où elle s’est sentie tout de suite plus à l’aise.

Et maintenant ? « Le Diageo World Class est le concours le plus prestigieux dans la profession, estime Jennifer Le Nechet. Difficile donc de faire mieux. Mais la Parisienne dit avoir encore plein de choses à faire au Café Moderne où elle a pour patron Mido Ahmed Yahi, autre grand spécialiste français des cocktails. Tous deux changent d’ailleurs bientôt très prochainement la carte de leurs cocktails, comme tous les six mois. L’occasion de se rendre compte de l’étendue de leurs talents.

Mots-clés :