Paris: Un algorithme attribuera un collège à vos enfants à la rentrée 2017

EDUCATION La procédure Affelnet marche déjà pour les lycéens. L’académie de Paris planche sur un même logiciel pour les élèves qui entreront en 6e. Avec pour objectif d’assurer une meilleure mixité sociale…

F.P.

— 

Illustration rentrée scolaire au collège et manuels.

Illustration rentrée scolaire au collège et manuels. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Un « Affelnet en sixième » programmé pour la rentrée 2017. François Weil, recteur de l’académie de Paris, a lâché une petite bombe dans les colonnes du Monde ce lundi. Affelnet ? Seuls les parents d’adolescents parisiens connaissent ce logiciel qui s’occupe de répartir vos enfants dans les lycées de la capitale.

Pas seulement l’adresse géographique

L’académie de Paris s’occupe donc à mettre en place la même procédure, à la rentrée prochaine, pour les petits Parisiens entrant en sixième. Actuellement, ils étaient affectés dans un établissement (et un seul) selon leur adresse géographique. A la rentrée prochaine, chaque élève de CM2 établirait une liste de vœux en classant, par ordre décroissant, les collèges où il veut aller.

Au préalable, Paris serait redécoupé en « secteurs agrandis » comportant, dans l’idéal, trois ou quatre collèges, précise Francetvinfo. Chacun de ces secteurs devra associer quartiers favorisés et moins favorisés. Une fois les choix de l’élève de CM2 enregistrés, l’algorithme Affelnet entrera en action. L’élève sera affecté selon trois types de critères, précise Le Monde. La première catégorie concernera les priorités absolues. Un handicap notamment. Les élèves concernés obtiendraient automatiquement leur premier choix. Une seconde catégorie de critères concernera des priorités conditionnelles selon un critère social. L’idée alors serait que « chaque collège reflète la composition sociale du secteur élargi », explique Julien Grenet, chercheur au CNRS et à l’Ecole d’économie de Paris chargé d’accompagner cette expérimentation.

Eviter le bug du lycée Turgot

Francetvinfo prend l’exemple d’un secteur élargi comptant 25 % d’élèves de milieux peu favorisés. Vingt-cinq places sur 100 seraient alors réservées aux moins favorisées dans chaque collège du secteur. Pas plus, l’idée étant d’assurer une mixité sociale dans chaque collège et éviter ainsi le bug de la procédure Affelnet de la rentrée 2016 qui a attribué au lycée Turgot (3e) 83 % d’élèves boursiers.

Le troisième critère, enfin, prendra en compte la distance domicile-collège, la priorité étant donnée à ceux qui habitent au plus près. Les notes ne seraient pas prises en compte dans cette procédure d’affectation, le but n’étant pas de créer volontairement des collèges de niveau, précise Le Monde.

Les établissements privés exclus ?

Fin août, l’économiste Thomas Piketty avait dénoncé avec force, dans Le Monde, « le niveau de ségrégation sociale observée dans les collèges ». Il atteignait selon lui des « sommets inacceptables, notamment à Paris ». Mais est-ce qu’un logiciel Affelnet décliné au collège permettra pour autant une meilleure mixité sociale dans les établissements de la capitale ? Pas sûr. « Dans la plupart des arrondissements périphériques, ça marche, mais dans un arrondissement comme le 16e, tous les collèges sont favorisés », admet Julien Grenet à France Info. Il faudra du coup être habile dans la constitution de ces nouveaux « secteurs élargis ».

Le quotidien note une autre limite dans le système à l’étude. Selon ses informations, les établissements privés de la capitale seraient exclus.

Mots-clés :