A Paris, les vélo-écoles pour adultes ne désemplissent pas

BICYCLETTE A La Villette, l’AICV enseigne la bicyclette à des Parisiens qui ont manqué cette étape enfant. Les cours ne désemplissent pas, si bien que deux nouvelles écoles se lancent en septembre…

Fabrice Pouliquen

— 

L'association AICV s'est spécialisée dans les cours de vélo pour adultes qu'elle organise à La Vilette.

L'association AICV s'est spécialisée dans les cours de vélo pour adultes qu'elle organise à La Vilette. — F. Pouliquen / 20 Minutes

D’abord l’équilibre. « Cela prendra le temps qu’il faudra », prévient d’emblée Ludovic, moniteur de vélo, avant d’énoncer les consignes du premier exercice. « Chacun dans votre couloir, vous allez profiter de la pente pour vous laisser aller sur le vélo le plus droit possible, sans mettre les pieds sur les pédales mais sans non plus qu’ils touchent le sol. »

Deux nouvelles écoles pour faire face à la demande

Ce mercredi-là, au beau milieu de l’été, le cours se tenait dans un endroit reculé du parc de la Villette, bien à l’abri de la circulation automobile. Il n’empêche, la vingtaine d’élèves présents, dont une dizaine de nouveaux venus, n’étaient guère rassurés au moment de s’élancer sur leur bicyclette. Malgré leur casque vissé sur la tête. Malgré, surtout, leur âge avancé.

Les coups de pédales sont parfois hésitants aux cours de l'AICV.
Les coups de pédales sont parfois hésitants aux cours de l'AICV. - F. Pouliquen / 20 Minutes

C’est l’une des particularités de l’AICV (Animation insertion culture vélo). L’association parisienne, située au bord du canal de l’Ourcq, est une vélo-école spécialisée dans les cours pour adultes. Longtemps, l’une des seules dans Paris Intramuros. Mais la donne changera en septembre. Aidés par deux subventions de la mairie de Paris, deux nouvelles associations, Vélo-école du 20e arrondissement et Développement animation vélo solidaire (DAVS) (14e), vont acquérir une flotte de vélos et ouvrir des cours pour adultes à la rentrée.

« Jamais je n’aurais pensé qu’autant de Franciliens ne savaient pas faire du vélo »

Ce ne sera pas de trop. A l’AICV, les cours sont à chaque fois bien remplis et les élèves viennent parfois de la grande banlieue parisienne. Montreuil aussi a sa vélo-école. En douze ans d’existence, elle a vu passer 2.000 élèves et sort d’une année record. Ludovic, formateur vélo depuis novembre, après une reconversion professionnelle, n’en revient pas lui-même : « Jamais je n’aurais pensé qu’autant de Franciliens ne savaient pas faire du vélo », glisse-t-il en aparté.

A l'AICV, il y a des élèves de tous les âges. Ce mercredi-là toujours, Blanche, dame énergique de 58 ans, faisait figure de doyenne et pédalait aux côtés de Rebecca et Hortense, 18 ans toutes les deux. En revanche, les histoires se recoupent. Il y a ceux qui sont nés dans un pays où les parents n’enseignent pas automatiquement le vélo à leur enfant, encore moins quand c’est une fille. C’est le cas de Kamita, 46 ans, née à l’île Maurice, ou Paulina*, 26 ans, venue de Madagascar.

Il y a ceux aussi qui, petits, ont fait une chute qui les a dissuadés de longues années de remonter sur un vélo. « Je me suis retrouvée sous le bus, raconte Blanche, sans se départir de son grand sourire. J’avais 8 ans et demi. Un vrai traumatisme. » Même chose pour Matthieu, un Parisien de 44 ans, bien décidé à se remettre au vélo pour accompagner les premiers coups de pédales de son fiston.

Accompagner les premiers coups de pédales de son enfant

Un grand classique. « C’est souvent l’enfant ou le petit-enfant qui pousse ces adultes à se remettre en selle », note Ludovic. Revient souvent aussi cette peur d’être tenu à l’écart en famille ou entre amis lorsqu’une sortie à vélo se prépare. « C’est un peu la honte de ne pas savoir en faire », lâche Rebecca, qui avait prévu de partir en vacances avec des amis sportifs.

A l’AICV, les élèves s’orientent bien souvent sur le pack dix leçons pour 115 euros. « Ce sera suffisant, juge Matthieu au bout des trois premières leçons. Je peux déjà rouler là où il n’y a pas de voitures et où c’est plat. Il faut que je gagne encore un peu en confiance et que je m’entraîne à grimper des côtes et ce sera déjà très bien. »

La vélo-école du 20e et DAVS proposeront toutes deux également leurs packs dix cours de deux heures. Pour la première, faute d’avoir obtenu le droit d’utiliser une cour d’école, les leçons se feront sur la voie publique et se limiteront à six élèves maximum. DAVS, pour sa part, prévoit d’acheter une vingtaine de vélos et fera l’essentiel de ses cours à la Cité universitaire de Paris.

Mots-clés :