La fan-zone du Champ-de-Mars pourra accueillir jusqu'à 92.000 supporters.
La fan-zone du Champ-de-Mars pourra accueillir jusqu'à 92.000 supporters. - THOMAS COEX / AFP

A moins de 20 jours du début de l’Euro 2016 en France, la question fait toujours débat. Faut-il maintenir ou non les fan-zones, ces périmètres réservés aux supporters au cœur des villes. A Paris, cette fan-zone s’installera au Champs-de-Mars sur 130.000 m² et pourra accueillir jusqu’à 90.000 personnes. Ces concepteurs l’ont présentée comme ultra-sécurisé. Pas de quoi rassurer David Douillet. « 100.000 personnes sous la tour Eiffel, c’est un objectif apporté sur un plateau à Daech, a estimé samedi sur Europe 1 l’ancien champion de judo aujourd’hui député des Yvelines.

20 Minutes a posé la question à Alain Bauer, professeur de criminologie au Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) et président du Conseil National des Activités Privées de Sécurité.

Est-ce judicieux de maintenir des fan-zones dans le contexte de risque terroriste élevé en France ?

De toute façon, dans un contexte de risque terroriste, on ne peut pas passer son temps à ne rien faire, à s’enfermer et à attendre que ça saute. La fan-zone n’est pas une question en soi. C’est la même question que de prendre le train, le métro, d’aller au supermarché, au cinéma… Il n’y a pas d’espaces préservés en particulier. Les fan-zones ne sont qu’un élément parmi d’autres. La problématique est de savoir comment on fait pour vivre en période de terrorisme.

Les mesures de sécurité annoncées pour la fan-zone de Paris vous semblent-elles suffisants ?

Les mesures oui. Mais je reste dubitatif pour l’instant sur les effectifs de sécurités mobilisés. La bonne règle est d’un agent de sécurité pour 100 personnes. La fan-zone parisienne pourra accueillir 90.000 supporters. Il faudrait donc 900 agents pour sécuriser le site. Or, les organisateurs n’en annoncent pour l’instant que 400 agents de sécurité privés. Certes, ils précisent que ce dispositif sera complété par des effectifs de police et de gendarmerie. Mais il va falloir les trouver. On ne trouve pas des policiers disponibles ou des agents de sécurité en claquant des doigts. Tous les opérateurs de sécurité privés le disent et l’ont répété : les effectifs n’existent pas en quantité suffisante pour sécuriser les stades, les sites accueillant les sportifs, les fan-zones…

Les débordements dans les tribunes du Stade de France samedi soir, à l’occasion de PSG-OM, posent du coup question ?

Le Stade de France avait montré sa capacité à tenir le choc lors des attentats de novembre. L’épisode de samedi soir a montré qu’on oubliait assez vite ce qu’on venait à peine d’apprendre.

>> A lire aussi : Le préfet dénonce «des points faibles de sécurité inacceptables» lors de PSG-OM

La difficulté de ces événements est la gestion des files d’attente et la concentration de personnes aux entrées. Or, pour des motifs extrêmement étranges, au lieu de multiplier le nombre d’accès pour étaler la foule, le processus retenu pour ce match OM-PSG, est a priori l’inverse. [Selon L’Equipe, le nombre de portes d’entrée dans le stade avait été réduit à 4 au lieu de 24 avant les attentats du 13 novembre]. Il y a pourtant des méthodes de gestion des flux qui sont assez connues. Elles permettent en ouvrant beaucoup plus tôt et sur de plus nombreux accès le risque au moment de l’entrée des personnes.

Pour revenir aux fan-zones, Thierry Braillard, secrétaire d’Etat chargé des sports, justifie leur maintien en expliquant qu’il « vaut mieux un endroit encadré et sécurisé plutôt que de laisser se créer des regroupements parcellaires et impromptus »…

C’est vrai, mais à condition que tout le monde soit extrêmement discipliné et que personne ne décide de faire des regroupements impromptus. Or, je n’ai pas le sentiment qu’il y ait une décision qui interdise les retransmissions télévisées ailleurs que dans les fan-zones. N’importe quel café peut mettre un écran et peut avoir 50, 60 ou 100 personnes en train de regarder un match. Les derniers attentats l’ont montré : ces terrasses sont aussi une cible potentielle pour les terroristes.

Mots-clés :