Des prothèses de jambes à terre. Un homme handicapé assis. Et autour de lui, trois policiers. « A mon retour de Paris, je me suis retrouvé devant une fouille d’une brutalité inouïe », explique Jean-Didier, un témoin qui a filmé cette scène et l’a publiée mardi sur Facebook. Une séquence de 12 minutes vue plus de 70.000 fois et partagée plusieurs fois sur d’autres réseaux sociaux, provoquant l’indignation de nombreux internautes. Alors, que s’est-il passé lundi soir sur ce quai de la Gare de Lyon dans le 12e arrondissement ?

« Le monsieur a été malmené jusqu’à ce qu’il se mette par terre sans ses vêtements »

La vidéo débute au moment où l’on voit les agents disséminer au sol les effets personnels de l’homme, avant de quitter les lieux. Selon Jean-Didier Bakekolo, « les agents présents l’ont obligé à se dénuder. Le pauvre s’est retrouvé sans prothèse afin de prouver sa coopération aux yeux de la loi. Le monsieur a été malmené jusqu’à ce qu’il mette assis par terre sans ses vêtements ». Contacté par 20 Minutes, le principal intéressé, François Bayga, joueur de rugby-fauteuil en Ile-de-France, confirme et détaille les faits.

« J’étais sur le quai direction Gare du Nord, lorsque trois policiers se sont dirigés vers moi pour me demander mes papiers. Je leur ai alors donné mon téléphone, ma carte d’aide médicale d’État et ma carte d’inscription à mon club de rugby en fauteuil roulant. Car si je vis en France, dans un centre d’hébergement à La Chapelle, ma demande de papiers est encore en attente à la préfecture », détaille l’homme, la voix tremblante. Puis, il poursuit : « Ils m’ont alors plaqué contre le mur. Et l’un d’eux m’a attrapé, m’a arraché ma canne et a tenté de me palper ». C’est à ce moment-là, que la situation s’est envenimée.

« Je me suis senti totalement humilié »

« Ils m’ont demandé ce que c’était en me touchant. J’ai dit trois fois "ce sont des prothèses". Je me suis alors assis par terre et j’ai tout enlevé pour leur montrer », ajoute cet homme de 40 ans. « Les policiers m’ont rendu mes affaires et sont partis. Mais heureusement qu’il y avait des gens pour m’aider, me porter secours et m’aider à me rhabiller. Je me suis senti totalement humilié ». La suite est dans la séquence vidéo qui ne montre donc aucun fait avéré de brutalité policière. Mais a toutefois indigné de nombreuses personnes.

Sur Facebook, le club de rugby a posté un message. « La grande famille de CAPSAAA apporte amitié, soutien et solidarité à François, joueur de rugby-fauteuil de notre club. L’intégrité et l’intimité de tout homme, handicapé ou non, jeune ou vieux, riche ou pauvre,…. sont des biens précieux que nul ne peut bafouer. Jamais ». Sur Twitter, des internautes ont également dénoncé l’événement.

« Si l’homme se sent en position de porter plainte, il est invité à le faire »

Sollicitée par 20 Minutes, la Préfecture de police de Paris ne souhaite pas faire de commentaires, estimant que « la vidéo ne montre rien ». « Nous ne savons pas ce qu’il s’est passé avant le début de cette séquence », nous indique-t-on en précisant toutefois que « si l’homme se sent en position de porter plainte, il est invité à le faire » afin qu’une enquête soit ouverte. Ce mercredi, en fin d’après-midi, François Bayga, confirme à 20 Minutes avoir déposé une main courante au commissariat de la Gare de Lyon.