Une vidéo montrant un policier frapper un jeune homme a été publiée sur YouTube ce 24 mars 2016.
Une vidéo montrant un policier frapper un jeune homme a été publiée sur YouTube ce 24 mars 2016. - YouTube

La scène fait le tour des réseaux sociaux. Une vidéo, partagée à de très nombreuses reprises ce jeudi après-midi, montre un jeune homme tenu par deux policiers, alors qu’un troisième lui assène un violent coup, le projetant au sol.

>> EN DIRECT. Suivez les événements de cette journée de mobilisation, par ici

Postée à 10h17 sur YouTube, comme le repère Libération, cette séquence a ensuite été retweetée à de très nombreuses reprises, accompagnée du hashtag Bergson, qui apparaissait alors dans les sujets les plus commentés sur le réseau social.

Les tendances Twitter le jeudi 24 mars 2016.

Contacté par 20 Minutes, un membre du SNES-Paris, dont le fils participait à la manifestation contre le projet de loi modifiant le droit du travail, a confirmé que la scène s’est déroulée dans la matinée, à proximité des Halles Secrétan où se trouvaient alors des élèves du lycée Bergson (19e).

 

Ce dernier détaille également que son fils lui a fait part de « charges violentes », de la part des forces de l’ordre, alors que des lycéens leur avaient jeté des œufs. Il précise également que la mobilisation s’était jusque-là déroulée dans une « ambiance bon enfant » selon lui.

 

 

Sur Twitter, le syndicat demandait d’ailleurs « des explications », dénonçant une « violence policière inadmissible de la part de forces républicaines ». Dans un communiqué publié sur son site, le SNES a également pointé que les forces de l’ordre étaient « intervenues sans discernement et de manière disproportionnée contre des élèves désorganisés ».

La victime, âgée de 15 ans et scolarisée au lycée Henri Bergson, a ensuite été interpellée et conduit au commissariat. En réaction, le syndicat Fidl appelait cet après-midi à un rassemblement immédiat devant l’établissement où est scolarisé le jeune homme, pour demander sa libération.

De son côté, la préfecture de police de Paris a indiqué à 20 Minutes ne pas pouvoir commenter cette vidéo, précisant que l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait été saisie du dossier. Selon l’AFP, une enquête a été ouverte par la « police des polices ».

Plus tard dans l’après-midi, le parquet de Paris a confirmé à 20 Minutes avoir décidé d’ouvrir une enquête, ayant constaté dans cette vidéo des actes de « violence volontaire par une personne dépositaire de la force publique ».

Mots-clés :