La distribution de cendriers de poche ce mardi devant la gare de Lyon
La distribution de cendriers de poche ce mardi devant la gare de Lyon - R.LESCURIEUX

« Merci. Je ne fume pas mais je vais le donner à un ami fumeur », lance une femme en traversant le parvis de la gare de Lyon. Ce mardi, dans le cadre de la lutte contre le jet de mégots sur la voie publique, des agents de la Ville de Paris et de la SNCF ont distribué50.000 cendriers de poche devant cinq gares parisiennes.

« Je jette moins. Plus par civisme que par crainte de l’amende »

« On les empêche de fumer à l’intérieur alors ils se replient devant mais n’utilisent pas trop les corbeilles et cendriers. Mais dans l’ensemble ils acceptent ce cendrier aujourd’hui », note Franck, délégué adjoint à la sûreté établissement SNCF. Les passants, fumeurs ou non, jugent en effet l’opération intéressante.

« J’ai pris ce cendrier et je vais l’utiliser. Mais globalement je jette moins mon mégot par terre. Et ce, plus par civisme que par crainte de l’amende », explique Franck, 50 ans, cigarette entre les doigts. Xavier, 54 ans, lui refuse même l’objet, estimant avoir déjà le geste adéquat. « Je mets tout le temps mon mégot dans une poubelle », assure-t-il. « Certains nous disent que le geste ne peut pas devenir une habitude. C’est vrai, ça change un geste du quotidien mais on y arrive très bien », affirme Catherine Baratti-Elbaz, maire (PS) du 12e arrondissement. Et la Mairie ne compte pas s’arrêter là.

« Plus d’excuses »

« La ville de Paris a déployé des corbeilles de rue pour écraser sa cigarette et nous avons noué des partenariats avec la SNCF, la RATP, le Synhorcat (Syndicat national des hôteliers restaurateurs cafetiers traiteurs) et le Crous pour distribuer des cendriers de poche.La ville de paris en a déjà distribué 50.000 l’an dernier, 50.000 aujourd’hui et 125.000 dans le mois à venir », détaille Mao Peninou, adjoint à la Mairie de Paris en charge de la propreté et l’assainissement. « On leur donne tous les moyens d’être propres. Il n’y a plus d’excuses », juge-t-il.

Si beaucoup de Parisiens ont toutefois encore du mal à avoir le réflexe, les contraventions pourjet de mégots portées à 68 euros continuent de tomber. Plus de 1.200 verbalisations ont déjà été effectuées depuis le lancement de cette mesure.

Mots-clés :