A l'automne prochain, un datacenter s'installera au sous-sol de la piscine de la Butte aux Cailles pour contribuer à maintenir l'eau de ce bassin à bonne température.
A l'automne prochain, un datacenter s'installera au sous-sol de la piscine de la Butte aux Cailles pour contribuer à maintenir l'eau de ce bassin à bonne température. - Photo Stimergy

Ils sont bruyants, bouillants, très gourmands en énergie mais indispensables à la bonne marche du web… On parle des data centers bien sûrs ! Ils consomment aujourd’hui 3 % de l’électricité mondiale, dont une grande partie sert à refroidir ces salles remplies de serveurs informatiques qui tournent 24h/24 et 7j/7.

Et si, justement, on arrêtait de refroidir ces serveurs ? L’idée fait peu à peu son chemin et Paris ne veut pas louper le train. « Ces data centers existent et il faut s’attendre à en voir bien plus dans les années à venir, constate Célia Blauel, adjointe d’Anne Hidalgo en charge de l’environnement. Puisque les refroidir implique de fortes dépenses d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, autant récupérer la chaleur qu’ils émettent pour chauffer des bâtiments ».

Un data center au sous-sol de la piscine

La technologie existe aujourd’hui. A l’automne prochain, la piscine de la Butte aux Cailles (13e) accueillera ainsi dans son sous-sol plusieurs centaines de serveurs de la start-up iséroise Stimergy.

Comme dans tout autre data center, ils permettront de stocker des données et d’héberger des sites Internet. « Mais ils seront aussi reliés à une chaudière capable de recycler la chaleur qu’ils émettent pour compléter les besoins en eau chaude de la piscine, explique Christophe Perron, le président-fondateur de Stimergy. La startup chauffe déjà de la même façon l’eau chaude sanitaire d’un gymnase de l’université Jean-Moulin à Lyon, ainsi que l’eau de 20 logements sociaux à Grenoble.

A la Butte aux Cailles, « la chaudière ne permettra de chauffer qu’une partie de l’eau du bassin intérieur de la piscine », prévient Christophe Perron. Pour les besoins en eau chaude des deux autres bassins comme pour chauffer le reste du bâtiment, la ville de Paris devra avoir recours au traditionnel chauffage urbain.

Multiplier les expérimentations

Cela n’enlève rien à l’intérêt du projet pour Celia Blauel. Il permettra déjà quelques économieq. «Nous rachèterons la chaleur récupérée à Stimergy mais, en contrepartie, elle nous paiera un loyer comme toute société qui occupe des locaux de la ville», explique-t-elle. L'élue voit raisonne surtout en terme d'émissions de gaz à effet de serre évités. La ville table sur une économie de 45 tonnes équivalent CO2 par an.

La piscine de la Butte aux Cailles n’est pas la seule expérience tentée. La ville de Paris prévoit aussi de doter le futur quartier de la Chapelle International (18e) d’un data center pour alimenter une boucle locale de chauffage. Les bailleurs sociaux aussi sont sur le coup. Avenue Albert-Bartholomé (15e), Paris Habitat inaugurera en juin un immeuble de 150 logements et une crèche de 44 berceaux qui seront chauffés par un data center d’Illiad installé à deux pas. Hélène Schwoerer, adjointe au directeur général de Paris Habitat, estime à 80 % les économies réalisées sur le chauffage et à 50 % sur l’eau chaude sanitaire. « Les locataires gagneront 500 euros par an sur leurs charges », indique-t-elle.

Chauffage gratuit rue Ballard

Pas mal, mais pas autant que les locataires d’un autre immeuble de logements sociaux, rue Ballard (15e), géré par la RIVP cette fois-ci. Depuis deux ans, le chauffage est gratuit pour les occupants de cent logements chauffés par des Q. rads, des radiateurs numériques mis au point par la startup de Montrouge Qarnot Computing.

Le Q.rad embarque dans un radiateur des processeurs informatiques.
Le Q.rad embarque dans un radiateur des processeurs informatiques. - Photo Qarnot Computing

 

L’idée, cette fois-ci, n’est plus de créer de grands data centers centralisés, mais d’embarquer des processeurs informatiques à l’intérieur de radiateurs dispersés dans tout le bâtiment qu’on souhaite chauffer, raconte Paul Benoît, à la tête de Qarnot. Les processeurs effectuent à distance des calculs pour des banques, des studios d’animation 3D, des centres de recherches… Et diffusent autour d’eux la chaleur générée par cette activité. »

De vraies pistes qui tombent à pic pour Célia Blauel, « à l’heure où tout le monde parle de la transition énergétique et de la nécessité d’accroître les énergies de récupérations. » Sur ce point, Paris ne regarde pas que du côté des data centers. A la piscine Aspirant-Dunant (14e), un dispositif permet déjà de chauffer l’eau des bassins… en récupérant la chaleur des égouts !

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé