Paris: Ils inventent une tirelire pour aider les plus démunis «en bas de chez soi»

INITIATIVE A la différence de l’opération « Pièces jaunes », l’association parisienne Le Bon Hibou souhaite davantage avoir une « action de proximité »…

Romain Lescurieux

— 

L'équipe de l'association Le Bon Hibou. A gauche, le président, Benjamin Trécherel.

L'équipe de l'association Le Bon Hibou. A gauche, le président, Benjamin Trécherel. — R.LESCURIEUX

L’idée a germé dans la tête de Benjamin Trécherel, en février 2015. « Je me suis rendu compte que j’avais toujours plein de pièces dans mon portefeuille et je ne savais pas quoi en faire », explique-t-il.

Ce chef de projet en webmarketing a ainsi décidé de créer l’association Le Bon Hibou : une tirelire qui permet à des particuliers d’y mettre leur fond de poches pour venir en aide aux plus démunis. Une sorte d’opération « Pièces jaunes », mais pour en faire davantage profiter « les gens en bas de chez soi à Paris », précise ce trentenaire.

L’argent récolté sera distribué à trois associations

« Les pièces sont sous-exploitées. Riche ou pas, tout le monde en a sur soi. Et ce n’est pas un engagement qui prend beaucoup de temps », poursuit Benjamin Trécherel, qui a décidé avec une équipe de bénévoles de sept personnes de nommer ce projet le Bon Hibou car « cet animal représente le veilleur de nuit ».

Ils viennent de lancer une opération de crowdfunding avec un objectif affiché de 2.000 euros pour imprimer 800 tirelires. En avril, elles seront distribuées aux particuliers qui auront participé à la campagne – 5 tirelires pour un don de 10 euros - et qui pourront notamment les déposer dans leur boulangerie ou encore sur leur lieu de travail. Puis de mai à juin, des points de collecte répartis dans la capitale seront mis à disposition, notamment dans des cafés associatifs. L’argent servira ensuite à trois associations venant directement en aide aux personnes en situation de précarité.

>> A lire aussi. « Le Carillon », un réseau de commerçants du 11e qui s’engage pour les plus démunis

« L’objectif du Bon Hibou est d’offrir un nouveau levier de récolte à des associations de taille réduite, pour leur permettre d’optimiser l’aide qu’elles proposent, qu’elle soit d’urgence ou destinée à la réinsertion », notent-ils sur leur site Internet.

« Le but est d’avoir un réel impact sur leur activité »

Ainsi, les bénévoles reverseront les dons à Mobil' douche qui propose un service d’hygiène mobile à destination des personnes de la rue et des mal-logés. A ActionFroid qui apporte une matérielle et alimentaire, et enfin, à l’association Atout Cours qui organise des formations d’apprentissage de la langue française au profit des personnes à la recherche d’une meilleure insertion sociale et professionnelle. « Nous avons choisi des associations à taille réduite car nous souhaitons avoir un réel impact sur leur activité », commente Benjamin Trécherel. Un avis partagé par l’un des bénévoles.

« Nous apportons une solution un peu plus fraîche que les « Pièces jaunes » tout en s’axant sur une action de proximité », indique Romarik Le Dourneuf, 31 ans, qui s’est engagé pour Le Bon Hibou en tant que trésorier en juin 2015. « Nous voulons agir avec les gens, dans tous les quartiers de Paris, auprès des plus démunis que l’on voit tous les jours dans sa rue », sourit-il.

Mots-clés :