La maire de Paris, Anne Hidalgo, photographiée le 2 décembre 2015 dans la capitale.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, photographiée le 2 décembre 2015 dans la capitale. - KENZO TRIBOUILLARD AFP

La maire de Paris, Anne Hidalgo, veut réduire le nombre d’arrondissements de 20 à 17 d’ici à 2020. Elle propose en effet de fusionner les quatre premiers arrondissements – 1er, 2e, 3e et 4e – du centre de la capitale. Pourquoi ? Ce « grand centre » de Paris aura-t-il comme code postal 75001 ? 20 Minutes fait le point.

Lire. Paris : Anne Hidalgo veut fusionner les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements

Concrètement, qu’est-ce qui est prévu dans ce projet de fusion ?

Le nombre d’arrondissements n’avait pas changé depuis 1860. Depuis, la population a augmenté dans la capitale et les écarts démographiques se sont creusés. Alors, dans le cadre de la réforme du statut de Paris, Anne Hidalgo, la maire de Paris, souhaite une fusion des arrondissements les moins peuplés de la capitale au nom d’une meilleure « représentation démocratique ». Elle propose donc de regrouper les quatre premiers arrondissements du centre de la capitale pour un renforcement du rôle des maires d’arrondissement, en matière de propreté, de lutte contre les incivilités ou de politique de la ville. Un seul maire remplacerait alors les quatre actuellement en place.

Si ces quatre arrondissements fusionnent, le 18e va-t-il par exemple devenir le 15e ?

En considérant que le 5e devienne le 2e arrondissement, le 18e va-t-il devenir le 15e arrondissement ? En fait, non. Les numéros et les codes postaux restent. « Les quatre arrondissements centraux seraient regroupés mais pas supprimés, précise au Monde Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo. Nous garderons ainsi les numéros des 20 arrondissements auxquels les Parisiens sont attachés. » « Il ne s’agit pas de supprimer l’arrondissement parisien [de fait les codes postaux actuels ne seraient pas modifiés], mais simplement d’unifier la représentation politique et l’organisation administrative des moins peuplés », indique le document que s’est procuré le quotidien du soir.

Réelle stratégie démocratique ou manœuvre politique ?

Jeudi soir, selon l’entourage de NKM, les propositions de décentralisation des pouvoirs vers les arrondissements ne sont « qu’un écran de fumée » qui consiste en réalité à « servir les intérêts politiques d’Anne Hidalgo visant à fusionner les quatre premiers arrondissements ». L’élue LR s’était déclarée dans le passé favorable au projet d’une fusion ville-département, mais dans un cadre « plus global » de discussion à l’échelle de Paris et des départements de petite couronne.

Lire aussi. Anne Hidalgo provoque des remous avec son projet de nouvelle carte des arrondissements

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris s’est quant à lui insurgé dans un communiqué contre « la précipitation et la fébrilité » avec laquelle ce projet de réforme était bouclé par l’exécutif. « Rien ne justifie un nouveau redécoupage des arrondissements » qui « s’apparente à une manipulation politique et électorale ».

« Une fusion des 4 arrondissements centraux serait « neutre » politiquement, elle ne changerait pas le nombre d’élus de la majorité et de l’opposition au Conseil de Paris. C’est justement parce qu’elle est neutre politiquement – et ne peut donc en aucun cas laisser penser à un tripatouillage électoral – que cette option est privilégiée sur les autres », tient toutefois à préciser à 20 Minutes, un porte-parole de la Ville.

Un débat houleux avait déjà eu lieu au Conseil de Paris en septembre sur cette question qui reviendra donc sur le tapis du prochain Conseil de Paris, les 15 et 16 février prochains. Si la proposition est toutefois votée au préalable dans les arrondissements.

Mots-clés :